Limoiloup : notre symbole de résilience – 2 de 4 | 30 août 2020 | Article par Jean Cazes

Un certain 15 janvier 2014…

Crédit photo: Carl L’Heureux (SPIQ)

Limoiloup : notre symbole de résilience – 2 de 4

Sauvé in extremis des flammes qui ont détruit Fourrures Roméo Falardeau le 15 janvier 2014, Limoiloup est par la suite revenu à l’adresse même qui l’a rendu célèbre dès le début des années 1990. Cette série, enrichie de nombreuses photos, rappelle pourquoi le sympathique animal est devenu le symbole de résilience de Limoilou.

Publicité

C’est au nouveau pub irlandais Le Trèfle que Limoiloup a retrouvé l’an dernier son bercail, ses propriétaires ayant pris soin de le remettre en vedette. Tout comme Christian Falardeau l’avait fait dans la vitrine de sa boutique. Du moins jusqu’à cette soirée qui, cinq ans plus tôt, avait marqué notre mémoire collective…

15 janvier 2014 : 60 pompiers en renfort sur la 3e Avenue

Sinistre du 15 janvier 2014 sur la principale artère commerciale de Limoilou.
Crédit photo: Carl L’Heureux (SPIQ)

Vers 19 h 30, un spectaculaire incendie prend naissance au sous-sol de Fourrures Roméo Falardeau, nécessitant une quatrième alarme et mobilisant quelque 15 camions et 60 pompiers de plusieurs casernes de Québec. Tout l’immeuble sera détruit. Mais les efforts des pompiers ont permis d’éviter des pertes de vie et une conflagration.

Ce sinistre bouleverse la communauté limouloise, jetant une dizaine de personnes à la rue et anéantissant une institution de plus de trois générations. Fourrures Roméo Falardeau avait un effet structurant sur le quartier par son positionnement sur l’artère et sa longévité. Ce commerce était aussi un pôle de développement de par l’implication de Christian Falardeau, son propriétaire, au sein de la communauté d’affaires locale.

15 janvier 2014 : Limoiloup sauvé des flammes!

Sauvetage de Limoiloup.
Crédit photo: Carl L’Heureux (SPIQ)

Une scène presque surréaliste restera gravée dans la mémoire des témoins silencieux des efforts de lutte des pompiers. Claude A. Jobin, pompier posté à la Caserne no 4, raconte quelques jours plus tard comment il a extirpé des flammes la mascotte des Limoulois. « L’incendie sur la 3e Avenue est dans le top 10 de ceux que j’ai vécus en plus de 20 ans de carrière », confie-t-il d’entrée de jeu avec humilité.

« On arrive sur les lieux et on voit les gens sur les balcons. Les pompiers de la Caserne no 1 procédaient à l’évacuation. Nous, on la complétait en pénétrant dans l’immeuble du côté de la 7e Rue. On s’est regardés, la vitrine étant endommagée, j’ai pris le loup et je l’ai posé sur le pare-choc du véhicule… »

Après l’avoir immortalisé dans cette position, David-Maxime Samson retrouve Limoiloup au lendemain sur une galerie proche du lieu du sinistre. Avec la permission de Christian Falardeau, le photographe recueille la bête chez lui.

Janvier 2014 : Limoiloup au service des sinistrés

Lendemain de la catastrophe. 16 janvier 2014.
Crédit photo: Jean Cazes

Par un concours d’étranges circonstances, Limoiloup réapparaît peu de temps après. Un peu roussi, mais intact! Rescapé in extremis en cette soirée tragique, ce personnage familier fera désormais figure de symbole du quartier.

Dans les jours suivant la tragédie, Limoiloup est revampé par l’entreprise Sinisco, avant d’être utilisé pour amasser des fonds afin de venir en aide aux sinistrés. Un noble rôle pour l’incarnation poilue de notre amour pour ce quartier!

Outre la Croix-Rouge qui s’occupe des sinistrés et le soutien offert par Christian Falardeau, des résidents de Limoilou prennent en main l’organisation et la gestion de l’aide aux sinistrés dans les semaines qui suivront. Izabelle Houde et Jean-Sébastien Grondin créent la page Facebook « Pour les sinistrés du 15 janvier de Limoiloup ». La générosité des citoyens rivalise avec celle de commerçants et d’organismes de la 3e Avenue qui contribuent à la cause par différentes initiatives de levées de fonds.

Des séances photo payantes avec la nouvelle coqueluche du quartier sont entre autres organisées en collaboration de la boutique voisine de l’incendie, Article 721. Entraide Agapé s’occupe de gérer les dons reçus.

La semaine prochaine, dans le volet 3, retrouvez Limoiloup, phénomène collectif de fierté et d’appartenance.

Lire le texte précédent de la série : Limoilou : notre symbole de résilience – L’histoire de Fourrures Roméo Falardeau