L’omniprésence des Titans dans le développement du hockey féminin | 7 juillet 2020 | Article par Christian Lemelin

Crédit photo: Marc Antoine Hallé

L’omniprésence des Titans dans le développement du hockey féminin

De la base locale jusqu’au niveau national, l’omniprésence des Titans de Limoilou est palpable et respectée, depuis quelques années, quand on parle du développement du hockey féminin.

L’annonce récente de la sélection de sept joueuses issues de la famille des Titans, pour le camp estival (virtuel) de Hockey Canada, confirme l’efficacité du programme de l’institution québécoise.

Ainsi, chez les moins de 18 ans (M18), Kaléann Laforge et Rebecca Morissette ont retenu l’attention des sélectionneurs. Elles participeront également au championnat canadien de cette catégorie, l’automne prochain, au sein de la délégation québécoise dirigée par l’entraîneur-chef des Titans de Limoilou, Pascal Dufresne, On verra ces deux joueuses au sein de la formation collégiale, au cours de la saison 2020-2021.

Les autres joueuses issues du programme des Titans à avoir reçu l’appel de Hockey Canada sont Gabrielle David, Emmy Fecteau, Gabrielle Plourde, Mahika Sarrazin et Audrey-Anne Veillette. Gabrielle Plourde et Mahika Sarrazin seront de retour chez les Titans, pour la prochaine saison. Les trois autres sont rendues à l’étape universitaire.

Par ailleurs, chez les As de Québec, structure intégrée centre-est de Québec, pour les jeunes de niveau Pee Wee, Bantam et Midget, on retrouve deux membres de l’organisation des Titans parmi le personnel d’encadrement, Pascal Dufresne, directeur du développement des joueuses et Simon Grondines, entraîneur des gardiennes. Ce rôle permet aux deux hommes de bien évaluer et préparer adéquatement celles qui prendront la relève, au niveau collégial, chez les Titans, dans quelques années.

Entrevue pour discuter de tout ça avec Pascal Dufresne. L’entrevue a été réalisée mardi dernier. Hier, dans ce cas, signifie donc lundi passé ! Un peu de bruit ambiant, pendant quelques secondes, mais la coutume étant d‘éviter les coupures et les montages, on vit avec cet aspect, pour s’assurer que les propos sont collés et conformes à l’entretien.

L’OMNIPRÉSENCE DES TITANS DANS LE DÉVELOPPEMENT DU HOCKEY FÉMININDe la base locale jusqu’au niveau national, l’omniprésence des Titans de Limoilou est palpable et respectée, depuis quelques années, quand on parle du développement du hockey féminin.L’annonce récente de la sélection de sept joueuses issues de la famille des Titans, pour le camp estival (virtuel) de Hockey Canada, confirme l’efficacité du programme de l’institution québécoise.Ainsi, chez les moins de 18 ans (M18), Kaléann Laforge et Rebecca Morissette ont retenu l’attention des sélectionneurs. Elles participeront également au championnat canadien de cette catégorie, l’automne prochain, au sein de la délégation québécoise dirigée par l’entraîneur-chef des Titans de Limoilou, Pascal Dufresne, On verra ces deux joueuses au sein de la formation collégiale, au cours de la saison 2020-2021.Les autres joueuses issues du programme des Titans à avoir reçu l’appel de Hockey Canada sont Gabrielle David, Emmy Fecteau, Gabrielle Plourde, Mahika Sarrazin et Audrey-Anne Veillette. Gabrielle Plourde et Mahika Sarrazin seront de retour chez les Titans, pour la prochaine saison. Les trois autres sont rendues à l’étape universitaire.Par ailleurs, chez les As de Québec, structure intégrée centre-est de Québec, pour les jeunes de niveau Pee Wee, Bantam et Midget, on retrouve deux membres de l’organisation des Titans parmi le personnel d’encadrement, Pascal Dufresne, directeur du développement des joueuses et Simon Grondines, entraîneur des gardiennes. Ce rôle permet aux deux hommes de bien évaluer et préparer adéquatement celles qui prendront la relève, au niveau collégial, chez les Titans, dans quelques années.Entrevue pour discuter de tout ça avec Pascal Dufresne. L’entrevue a été réalisée mardi dernier. Hier, dans ce cas, signifie donc lundi passé ! Un peu de bruit ambiant, pendant quelques secondes, mais la coutume étant d‘éviter les coupures et les montages, on vit avec cet aspect, pour s’assurer que les propos sont collés et conformes à l’entretien.

Posted by Lemelin Christian on Monday, June 29, 2020

En savoir plus sur...