Un potager sur le toit de la Maison Smith | 7 juillet 2020 | Article par Véronique Demers

Jérôme Turgeon, propriétaire opérateur de la Maison Smith, entouré des instigatrices du potager sur le toit, Rosaline Therrien et Mathilde Plante St-Arnaud.

Crédit photo: Véronique Demers

Un potager sur le toit de la Maison Smith

D’ici l’an prochain, en raison de la COVID-19, 16 nouveaux jardins partagés verront le jour. La Ville de Québec subventionne à hauteur de 110 397$ ces projets. Le nombre de citoyens visés, la localisation et la durée ont fait partie des critères de sélection. L’objectif principal des jardins partagés, situés sur des terrains non municipaux, est d’améliorer notamment la qualité de vie des citoyens.

À Limoilou, ça pousse donc… au café La Maison Smith et sur l’un des terrains entretenus par Craque-Bitume, dont le quartier général est dans Lairet. Sur le toit de l’atelier de production du café limoulois, trônent des dizaines de pots en géotextile et des plants de framboises, aménagés par les Urbainculteurs. La Maison Smith a reçu 8043$ de la Ville de Québec, dans le cadre d’un projet évalué à plus de 15 000$.

« Le projet initial pour la portion végétale du toit est de 1200 pieds carrés, mais l’espace pressenti est de 2500 pieds carrés. Ce projet n’est pas mercantile, mais social.  On prévoit donner les paniers de nos récoltes à des banques alimentaires et à nos employés », indique Jérôme Turgeon, propriétaire opérateur du café La Maison Smith.

Quelques membres de l’équipe de La Maison Smith, avec une vue d’ensemble du potager.
Crédit photo: Véronique Demers

M. Turgeon a rapidement embarqué dans le projet démarré par Mathilde Plante St-Arnaud et Rosaline Therrien, deux employées du café. Au potager de La Maison Smith, on y trouve notamment des poireaux, fines herbes, laitues, tomates en grappes, ainsi que des plants de framboises de l’Île d’Orléans.

Craque-Bitume extensionne son jardin

Depuis déjà 15 ans, l’organisme limoulois Craque-Bitume bénéficie de la parcelle de jardin prêtée par le CIUSSS de la Capitale-Nationale, autrefois entretenue par les Soeurs de la Charité.

Les Ateliers à la terre verront leur jardin s’agrandir de plus du tiers de sa superficie, passant de 1500 à 2100 mètres carrés. « Les travaux vont commencer cet automne et se poursuivre jusqu’à l’an prochain. Il y a une zone d’herbe à puce à défricher et à recouvrir d’une bâche, pour empêcher que ça repousse. On va ensuite inoculer cette nouvelle portion du jardin avec des fougères, des plantes et des champignons comestibles. On veut améliorer la biodiversité », résume Stéphanie Talbot, chargée de projet en jardinage pédagogique à Craque-Bitume.

L’organisme limoulois a obtenu 13 620$ de la Ville de Québec pour son projet, qui rallie une soixantaine de participants, dont quelques étudiants du Centre Louis-Jolliet. « Il y a beaucoup de mixité sociale et un volet pédagogique important dans ce projet. On peut apprendre à jardiner et à vivre ensemble. La récolte du jardin collectif sera partagée entre les participants », ajoute Mme Talbot.

Également dans Limoilou, Mères et monde a bénéficié d’une subvention de 4553$ de la Ville de Québec pour un projet de jardin partagé.

En savoir plus sur...