Défi Vert de Québec : oui aux marchés publics de proximité dans plusieurs quartiers de la Ville!

Source : Communiqué de presse, 16 octobre 2009

Publicité

Marché du Vieux-Port. Photo: Jean Cazes, 6 septembre 2007.Le DVQ est favorable à l’implantation de marchés publics dits de proximité dans plusieurs quartiers de la Ville. En agissant ainsi, le Défi Vert de Québec croit que Québec gagne sur tous les plans. Tout d’abord, la Ville s’assure que ses citoyens peuvent se procurer des aliments frais et sains à prix abordable tout en favorisant des déplacements locaux. Dans un deuxième temps, Québec s’assure de stimuler une économie locale provenant des maraichers et producteurs des régions limitrophes à la Ville tout en diminuant l’émission de gaz à effet de serre.De plus, si l’on considère que les aliments disponibles en épicerie ont parcouru en moyenne plus de 5000 kilomètres et que la Ville a l’intention de diminuer son empreinte écologique dans les prochaines années tel que mentionné dans son rapport d’inventaire global des émissions de gaz à effet de serre de l’Agglomération de Québec publié en février 2008 par la firme d’experts-conseils Tecsult, la Ville a tout intérêt de limiter la longueur des déplacements en transport et d’encourager les agriculteurs locaux. C’est pourquoi le candidat à la mairie, Monsieur Yonnel Bonaventure, se questionne sur le fait d’avoir si peu de marchés publics à Québec « Les gens ne doivent pas avoir à prendre leur automobile pour aller chercher leurs aliments à l’autre bout de la Ville et ils ne le font pas non plus, heureusement. Quel non-sens pour quelqu’un qui vivrait dans un éco quartier de devoir aller à l’épicerie acheter une pomme ou une salade qui a parcouru 5000 kilomètres et quel manque de vision! » (…)Le Défi vert de Québec insiste sur la nécessité d’investir dans des marchés publics de proximité situés dans plusieurs quartiers de la Ville. Québec pourrait par exemple commencer par les futurs écoquartiers. Ces marchés seraient en mesure de proposer des produits frais locaux ayant une empreinte écologique moindre. « L’absence d’un marché public de proximité dans un écoquartier est un non-sens, tout simplement! Il faut croire que, des marchés publics, c’est moins visible qu’une tour de 33 étages. Sans penser aux problèmes de circulation et de stationnement qui s’en viennent puisque l’Équipe Labeaume ne veut toujours pas parler du tramway! », de conclure avec humour le candidat à la Mairie Yonnel Bonaventure en ce qui concerne les ébauches concernant les futurs éco quartiers de D’Estimauville et de Pointe-aux-Lièvres.

[ À consulter notamment, ce « vieil » article publié dans Québec Urbain. ]