Pancartes électorales : une tradition ébranlée

Source: Ian Bussière, Le Soleil, 17 août 2009.

En 2005, la plupart des candidats à la mairie n'avaient pas hésité à installer des pancartes sur les propriétés publiques. C'est pourtant Andrée Boucher qui a remporté la course, elle qui a n'a pas eu recours à des pancartes électorales. Photothèque Le Soleil, Erick Labbé.L’initiative du maire de Québec, Régis Labeaume, d’interdire aux membres de son équipe d’installer des pancartes électorales sur les propriétés publiques fait réfléchir la plupart des politiciens municipaux de la région, qui n’ont cependant pas tous décidé s’ils feraient de même.La chef intérimaire du Renouveau municipal de Québec (RMQ), Anne Beaulieu, a promis de discuter de la question avec son équipe. «Dans le jeu des affiches électorales, si l’adversaire en met, il faut en mettre. Mais l’annonce de M. Labeaume change un peu la donne», explique-t-elle. (…)La conseillère du district du Vieux-Limoilou indique au passage que la reconfiguration des districts électoraux, qui fait que plusieurs électeurs ne connaissent pas leur nouveau conseiller, et le fait que plusieurs districts comptent beaucoup de locataires, donc de changements dans la liste électorale, sont des facteurs que son équipe devra considérer avant de décider d’abandonner l’affichage électoral. (…)

[ La suite. ]

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.