Un tramway nommé D'Estimauville – Mise à jour

Pour différents motifs, tous ne sont pas d’accord pour un tel projet à Québec. À titre d’exemple, parmi les voix discordantes, « (…) le candidat indépendant dans le district de Maizerets-Lairet, André Houle, s’oppose tant au tramway qu’au TGV. (…) »…Source: Éric Moreault, Le Soleil, 26 octobre 2009.

En 1995, la Ville de Bordeaux, qui a une population comparable à celle de Québec, a emprunté 1,5 milliard $ pour bâtir 45 kilomètres de tramway, sans hausser ses taxes pour autant. Photothèque Le Soleil.Que diriez-vous d’une proposition radicale pour revitaliser D’Estimauville et contribuer à la prospérité de Québec? Il suffirait d’implanter le tramway et de bâtir autour. Farfelu? Le modèle a pourtant fait ses preuves en Europe, notamment à Copenhague et à Bordeaux. (…)L’idée n’est pas de moi, mais de l’architecte Normand Hudon. Évidemment, elle se bute à une réalité incontournable. Québec n’attendra pas 15 ans avant de relancer D’Estimauville, ce secteur à l’abandon près de la baie de Beauport. D’ailleurs, Ottawa y implantera bien avant son immeuble pour relocaliser en un même lieu ses fonctionnaires fédéraux. (…)Je ne veux faire de peine à personne, surtout à ceux qui rêvent en couleurs, mais il s’agit d’un bien meilleur investissement collectif qu’un amphithéâtre de 400 millions $. N’en déplaise à Régis Labeaume, «le tramway, ça va au-delà du moyen de transport, a expliqué M. Juppé [maire de Bordeaux]. Ça facilite la vie des gens, c’est plus rapide, mais c’est aussi un outil d’aménagement et d’urbanisme. Cela a recréé de la solidarité avec les villes de la couronne bordelaise, mais aussi une activité économique qui a profité à tout le monde». (…)

[ La suite. À consulter notamment, ce billet. ]