Chez Mde Charlotte

Montage photo : Jean Cazes, 2 janvier 2009Larbi, grand buveur de thé, comme la plupart des Marocains, trouva celui de Mme Charlotte particulièrement bon et copieux. Source: Carnet de Dean Lauder. « (…) À deux pas du Colisée et à un pas de l’hôpital Saint-François d’Assise, le sourire aux lèvres et la voix chantante, Mme Charlotte reçoit, cuisine et sert. Ce petit restaurant à l’écart des sites touristiques et des voies les plus achalandées de la ville [photo de gauche] est un havre de paix et l’un des secrets les mieux gardés de Québec. (…) » – Carnet de Dean Lauder, réputé professeur de géographie à la retraite et fidèle client.Plusieurs médias, dont Le Devoir, ont fait l’éloge du « secret bien gardé » de la 1ère Avenue depuis son ouverture en octobre 2006. Chez Mde Chalotte, la simplicité est à l’honneur : hachis, ragoût de boulettes, chili… Ces plats maison répondent tous à une demande grandissante dans Limoilou, et ont déjà une belle réputation à l’extérieur du Québec!« Qui risque rien, n’a rien! »Propriétaire du restaurant qu’elle tient avec Alice, sa fille, Charlotte Morel est l’une des pionnières de l’« opération dignité » Îlot Fleurie. Cette initiative citoyenne a fait couler beaucoup d’encre au début des années 1990. Pour plusieurs, ce fut le catalyseur de la relance de Saint-Roch et par extension, des autres quartiers centraux de Québec, dont Limoilou. « Je crois à la vie de quartier, explique Charlotte. Et pour faire une vie de quartier, ça prend des commerces au rez-de-chaussée – restaurants, cordonniers ou autres – et des résidences aux étages. La proximité crée un sentiment de sécurité! »Riche de son engagement social, de son vécu de travailleuse autonome en couture et de son apprentissage comme cuisinière dans un grand restaurant de Québec, Charlotte, comme elle le souhaitait depuis longtemps, pouvait enfin mettre à profit sa créativité à SA façon déterminée en prenant les clés du 1209, 1ère Avenue, à l’été 2006. « Qui risque rien, n’a rien! Je voulais relever le défi de presque tout faire toute seule, comme réaménager et décorer les lieux pour en faire un coin familial où servir ma propre nourriture maison », raconte cette enfant de la paroisse de Saint-Charles-de-Limoilou. « En quittant Val-Bélair, en louant le local, je lui ai redonné sa vocation en octobre. Les plus vieux se souviendront de Chez Roger, dans les années 1960…».Visiteurs friands d’une nourriture réconfortantePhoto : Jean Cazes, 22 janvier 2009.« L’ambiance est chaleureuse. Je viens me réconcilier avec la vie. Je revois mon enfance. La nourriture est réconfortante… » Voilà quelques-uns des commentaires qu’on glisse souvent à l’oreille de Charlotte. « Une cliente m’a même surnommée l’Amélie Poulin de Limoilou! », témoigne-t-elle amusée, et surtout, en toute modestie.Niché au cœur du Vieux-Limoilou, Chez Mde Charlotte doit beaucoup aux suggestions de sa clientèle et aux visiteurs de l’extérieur. « La recette est simple, explique-t-elle : tu crées un produit, et tu réponds à la demande. Par exemple, des gens m’ont un jour demandé du pâté chinois, et depuis, j’en vends beaucoup! » Charlotte Morel nomme affectueusement ses fidèles clients « mes ambassadeurs ». Trait commun? « Leur gentillesse! », lance-t-elle spontanément, citant au passage son ami sillerois Dean Lauder. « J’ai des visiteurs de Washington, par exemple, qui viennent me voir régulièrement lors de leurs séjours à Québec. Pour eux, c’est un point d’ancrage! »

Chez Mde Chalotte 1209, 1ère AvenueQuébec (Québec)G1L 3K7418-522-5302