Chronique d’une rivière disparue (2) : Les caractéristiques naturelles de la Lairet

Carte reproduite dans :  Raymonde Litalien et Denis Vaugeois. Champlain - La naissance de l'Amérique française. Éditions du Septentrion, 2004, 400 p.
Été 1608. Carte réalisée par Champlain pendant la construction de l'Habitation. Source : Raymonde Litalien et Denis Vaugeois. Champlain - La naissance de l'Amérique française. Éditions du Septentrion, 2004, 400 p.
Premier affluent de la rivière Saint-Charles à son embouchure, la rivière Lairet apparaît il y a 10 000 ans lors du retrait progressif de la mer de Champlain. Cette mer d’eau salée créée par la fonte des glaciers recouvrait l’ensemble de la vallée du Saint-Laurent, de Québec à Kingston, en Ontario. La dépression Cap-Rouge/ Limoilou se trouve alors au fond de cet océan. Le réseau hydrographique de la Saint-Charles se forme progressivement il y a 9 000 ans avec le retrait progressif de la mer.Quand Champlain fonde Québec en 1608, il doit cohabiter avec 1,500 Montagnais, Micmacs et Algonquins qui forment une communauté estivale à l’embouchure de la Saint-Charles et dans la baie de Beauport [carte ci-contre, en haut, au centre]. Ils construisent des cabanes, viennent pêcher l’anguille, l’esturgeon ou le saumon et chasser le marsouin, la baleine blanche, l’outarde et la tourte. Ils organisent des festivités et nouent des alliances.La richesse de l’écosystème leur permet de faire des provisions pour l’hiver. Au début du XVIIe siècle, l’embouchure de la Saint-Charles est formée d’un immense estuaire de battures et de prairies humides, soumis aux marées qui inondent le futur quartier Limoilou jusqu’au niveau de la 10e Rue. L’embouchure de la rivière se situe alors au niveau de l’actuel pont Drouin. La rivière Lairet, très poissonneuse, se trouve alors à proximité de l’embouchure.Le développement de la ville va faire disparaître progressivement cet immense estuaire. En 1888, l’historien Ernest Gagnon décrit la rivière Lairet comme « une petite rivière ou au mieux un ruisseau qui n’est qu’un mince filet d’eau à marée basse. Mais quand la crue des eaux requiert sa plus grande intensité le cours d’eau devient alors aussi large que la rivière Saint-Charles ». Eugène Rouillard parle en 1914 dans un dictionnaire de géographie de la Lairet comme d’un ruisseau à peu près asséché, un ruisseau très large à son embouchure aux rives plus ou moins élevées vu les nombreux remplissages effectués.À marée haute, la rivière Lairet peut avoir une largeur de 30 pieds. Avant la construction d’un barrage sur la Saint-Charles en 1970, la rivière bénéficie deux fois par jour d’une marée d’une quinzaine de pieds qui fait sentir ses effets jusqu’à la hauteur de l’hôpital Saint-François-d’Assise. La Lairet, avant sa canalisation, est donc jusqu’en 1960 une rivière à méandres au débit irrégulier avec des crues importantes et de fortes marées.

______________________________

Billets publiés et en projet dans cette rubrique

  • La Lairet en introduction (4 janvier 2010)
  • Les caractéristiques naturelles de la Lairet (18 janvier)
  • L’histoire sur les bords de la Lairet (à déterminer)
  • Les premiers signes de détérioration de la Lairet (à déterminer)
  • Enquête du département de la santé et projet de canalisation dans les années 1940 (à déterminer)
  • Le projet de canalisation de la Lairet (à déterminer)
  • Les difficiles années 1950 (à déterminer)
  • La réalisation du projet de canalisation de la Lairet (à déterminer)
Principales sources pour cette chronique : Archives de la ville de Québec et de l’hôpital Saint-François d’Assise. Dossiers de correspondance des maires Lucien Borne et Wilfrid Hamel. Le Courrier de Limoilou, L’Action Catholique et Le Soleil de l’époque.

[ À lire : Réjean Lemoine : chroniqueur urbain pour MonLimoilou! et Vue aérienne de Limoilou en 1948. ]