Lutter contre le trafic

Source : Élisabeth Fleury, Le Soleil (Éditorial), 22 septembre 2010.

Pour pallier les retards causés par le trafic, certains employeurs proposent à leurs employés de travailler à partir de la maison ou encouragent le transport en commun. Le Soleil, Yan Doublet, 17 septembre 2010.En cette journée En ville, sans ma voiture!, des milliers d’automobilistes feront comme ils font chaque jour : ils s’agglutineront sur le réseau routier de la capitale pour se rendre au travail. Une poignée seulement fera l’effort de troquer le volant pour le guidon, de marcher ou d’utiliser le transport en commun.Bien sûr qu’ils sont de plus en plus nombreux à voyager en autobus, à vélo ou à pied. Bien sûr qu’on sent une réelle volonté de la part de nos décideurs d’améliorer les transports actifs et collectifs. Bien sûr que les mentalités commencent à changer.Mais il reste de trop nombreuses poches de résistance. (…)Malgré les efforts déployés pour promouvoir le transport durable, Québec reste une «ville de chars», une ville où les infrastructures routières sont encore trop souvent pensées en fonction de la circulation automobile et de l’étalement urbain. Québec, faut-il le rappeler, est la ville au Canada qui détient le peu reluisant record du plus grand nombre de kilomètres d’autoroute par 100 000 habitants.Le problème, c’est que tant qu’on facilitera la vie aux automobilistes, moins ils ressentiront le besoin d’utiliser un autre mode de transport que leur voiture pour se rendre au boulot. (…)

[ La suite. À lire entre autres billets : Transport collectif : Le virage s’impose, selon certains organismes. ]

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.