Pourquoi pas un potager au lieu du gazon?

Source : Lise Fournier, Le Soleil, 11 septembre 2010.

L'Hôtel Vieux-Québec, rue Saint-Jean, a décidé de transformer le toit stérile de l'édifice en un immense potager où les employés peuvent aller cueillir des concombres, des fines herbes, des laitues et quantité d'autres produits frais du jour. Le Soleil, Erick Labbé.Bientôt, ils seront des milliers à planter des fruits, des légumes et des fines herbes dans tous les espaces inutilisés de Québec, à commencer par les toits plats de la basse-ville, qui se prêtent à merveille à l’agriculture urbaine.C’est du moins ce que souhaite Francis Denault, qui rêve de voir se multiplier les potagers dans la cité. Et pour que le message passe, le jeune homme a fondé avec d’autres l’organisme à but non lucratif Les Urbainculteurs, dont l’objectif est d’inculquer aux gens le réflexe de planter quelque chose d’utile et de comestible dans les espaces inutilisés de la ville, que ce soit les toits, les stationnements, les arrière-cours, les balcons et même les bords de fenêtres. «Arrêtez de mettre des cèdres et du gazon, dit-il, plantez plutôt des produits que vous pourrez déguster.» (…)Pour ce passionné, il est clair que l’avenir des jardins urbains dépasse largement les toits des immeubles. En se promenant dans les rues de Québec, le jeune homme imagine déjà les falaises de la ville couvertes de vignes, d’arbres fruitiers; les parkings abandonnés remplis de tomates, de céleris, de poireaux, de poivrons, de laitues et de pommes de terre. (…)

[ La suite. À consulter notamment : L’agriculture urbaine pour tous : retour sur les Urbainculteurs. ]

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.