Le quartier qui peut changer la ville

Source : François Bourque, Le Soleil, 11 décembre 2010.

Staples Center et  L.A. LiveQuébec n'a rien de comparable avec Los Angeles, la mégapole de 18 millions de personnes du sud de la Californie. Ni la taille, ni le climat, ni la géographie, ni la richesse, ni la culture, ni l'histoire, ni les structures sociales. Rien. Pas même le hockey, malgré l'intérêt (relatif) de Los Angeles pour les Kings de Luc Robitaille. Je me suis surpris moi-même à penser que Québec aurait pourtant intérêt à regarder de près comment Los Angeles a bâti son amphithéâtre et le quartier de divertissement qui l'entoure. On peut trouver ici une similitude. L'idée de se servir d'un amphithéâtre pour redessiner un quartier du centre-ville. Il ne s'agit pas d'imiter Los Angeles. Nous n'en aurions ni le goût, ni les moyens. Mais de réfléchir à la vocation qu'on voudra donner au quartier Limoilou autour d'un futur amphithéâtre et aux liens qu'on voudra ou pas créer avec le voisinage. Chronique de Los Angeles. (...)Pour continuer à croître, il [Los Angeles] lui faut dorénavant densifier, construire davantage en hauteur, mieux habiter son territoire.C'est pourquoi elle cherche à ramener des résidants au centre-ville et à y offrir une véritable qualité de vie.Le mouvement s'est accéléré depuis 10 ans. Dix mille logements ont été construits sur des terrains vacants ou dans des immeubles commerciaux recyclés.Cette poussée coïncide avec l'ouverture au centre-ville du Staples Center, luxueux amphithéâtre multifonctionnel et du quartier de divertissements L.A. Live [ci-contre, tirée de Wikipédia]. (...)

[ La suite. À consulter entre autres billets : Destination 2030 : intégration de la façade de l’hippodrome au futur amphithéâtre. ]