Tramway : deux villes, deux directions

Source : François Bourque, Le Soleil (envoyé spécial), 29 juin 2010.

Même si Régis Labeaume s'inspire de Bordeaux depuis le début de son séjour dans la ville française, son projet de tramway diffère en plusieurs points de celui mis en place dans la capitale du vin. Collaboration spéciale François Bourque.La différence fondamentale entre letramway de Bordeaux et le projet de Québec est que Bordeaux a enlevé les voitures pour faire passer le tramway.À l’exception de René-Lévesque en haute-ville où passerait une piste cyclable, le projet de l’administration Labeaume ne prévoit la disparition d’aucune voie de circulation automobile.Bordeaux a choisi au contraire de transformer de grandes avenues du centre-ville qui avaient pris des allures d’autoroutes, comme les mini-Champs Élysées du Cours de l’Intendant. Les voitures n’y passent plus que de façon marginale, l’espace étant consacré surtout aux piétons, au tram et au vélo. (…)À la différence de Québec qui envisage le tramway d’abord comme un outil pour développer de nouveaux quartiers, Bordeaux a construit le sien pour des motifs sociaux et politiques.Le «premier objectif» de Bordeaux était de relier au centre-ville les banlieues et les quartiers défavorisés de la périphérie, en outre ceux de la «rive droite» du fleuve, rappelle le maire, Alain Juppé. (…)

[ La suite. À lire entre autres billets : Un tramway de 1,5 milliard $. ]

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir