Trésors d'arrière-cours (3) : un aménagement aux saveurs du Costa Rica | 12 septembre 2010 | Article par Jean Cazes

Le « petit coin de Costa-Rica » de Limoilou. 3 septembre 2010.

Crédit photo: Jean Cazes

Trésors d'arrière-cours (3) : un aménagement aux saveurs du Costa Rica

 

La façade du 381-A, chemin de la Canardière attire déjà à coup sûr le regard des passants en été. À cette adresse habitent Marco Chaves et sa conjointe, Esther Loiselle, qui nous accueillent dans leur cour arrière exotique.

Natif du Costa Rica, Marco Chaves immigre en 2001 à Québec, Il choisit de vivre dans Limoilou :

« Ce quartier est une société composée de toutes sortes de monde à l’image de la réalité du Québec moderne », soutient l’ex-professeur d’anthropologie.

Une vitrine pour Éco-Horticole

Marco travaille d’abord à Plan Nagua. En même temps, il complète une maîtrise en développement rural. « J’ai développé ma passion des plantes en suivant des cours en horticulture, puis j’ai fondé Éco-Horticole en 2004 », raconte-t-il.

Facture contemporaine de l’aménagement paysager, utilisation de matériaux respectueux de l’environnement, entretien avec des produits naturels… Le « petit coin de Costa-Rica », c’est en quelque sorte une vitrine des résultats des services personnalisés qu’offre Éco-Horticole non seulement à de nombreux clients de la région, mais aussi de l’extérieur. Il s'agit d'une arrière-cour aux lignes raffinées regorgeant de plantes exotiques. Un aménagement pourtant toute simple tenant compte de son utilisation pratique :

Publicité

« Une cour comme la mienne demande bien peu d’entretien, affirme Marco. Pas de gazon à tondre, pas de paillis à étendre ! J’utilise des pierres comme le granit pour la surface, et le calcaire pour la bordure du bassin d’eau. Comme la population vieillit, elle ne tient pas à passer des heures à jardiner, ajoute-t-il. De plus, ma cour sert de stationnement d’hiver pour trois appartements. Justement, dans Limoilou, il pourrait y avoir beaucoup d’autres arrière-cours aménagées de cette façon... »

Entre autres avantages, fait remarquer Marco, « le plaisir de profiter d’un jardin intérieur au moins six mois par année ! » Son jardin proprement dit comprend une partie « ombre » et une partie « soleil ». Cette dernière est mise en valeur par un charmant bassin d’eau que les oiseaux visitent en grand nombre et par de hautes vignes couvrant tout un mur du côté est :

« J’aime la fraîcheur que la vigne nous procure. C’est un extraordinaire isolant de la chaleur, surtout avec l’été qu’on vient de passer… Et contrairement à ce que l’on prétend parfois, je crois que la vigne, loin d’endommager le mortier, le protège. »

Outre des pommiers, bleuets, rosiers, fougères, pervenches et autres vivaces bien « communes », diverses plantes tropicales en pot complètent l’aménagement, dont des bougainvilliers, des palmiers, des figuiers et des agrumes « qui produisent de beaux fruits », conclut Marco avec fierté.

Entreposée l’hiver dans la maison, cette flore exotique, grâce aux bons soins de l’horticulteur et de sa conjointe, s’intègre alors joliment à la décoration intérieure : elle s'ajoute à leur magnifique collection d’orchidées trônant dans le tambour remis à neuf, en continuité de l’arrière-cour. Bref, l’art de recréer la belle saison à l’année à la façon des Chaves-Loiselle !