Centres d'injection supervisés : près de la clientèle ou des hôpitaux?

Une très grande majorité des quelque 150 personnes qui assistaient à la consultation publique au Centre récréatif Saint-Roch étaient favorables au projet et chahutaient parfois les opposants. Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve.Source : Ian Bussière, Le Soleil, 15 mai 2011.

Les commerçants et les citoyens réticents à l'installation d'un centre d'injection supervisé dans Saint-Roch, Saint-Sauveur ou Limoilou verraient davantage un tel service s'arrimer aux centres hospitaliers alors que les organismes qui viennent en aide aux toxicomanes insistent sur la nécessité de l'installer près de la clientèle, c'est-à-dire dans les quartiers centraux.Cette opposition est ressortie [samedi] hier lors de la consultation publique menée par le conseil de quartier de Saint-Roch sur le projet de centre d'injection supervisé. Les opposants au projet de l'organisme d'aide aux toxicomanes Point de Repères, comme la Société de développement commercial du centre-ville (SDC) du centre-ville, évitaient de se dire ouvertement contre le projet, prônant plutôt son arrimage avec les hôpitaux et les CLSC. (...)

[ La suite. En complément, toujours dans Le Soleil : Centres d'injection supervisés : certains marchands se montrent ouverts. À lire aussi : Centre d’injection supervisé : le débat s’étend hors de St-Roch. ]