Fermeture de Papiers White Birch : la dernière journée à l'usine

Source : Marie-Pier Duplessis, Le Soleil, 9 décembre 2011.

(...) Les employés, pour la plupart des hommes d'une cinquantaine d'années, se retrouvent sans salaire à quelques jours de Noël et n'ont aucune idée s'ils vont remettre ou non les pieds dans l'usine sous peu. Mercredi, une assemblée syndicale avait été organisée afin d'informer les travailleurs à propos de leurs droits quant à l'assurance emploi. «Fermer une usine de même à 15 jours de Noël, c'est 600 travailleurs, 600 familles, ça touche beaucoup plus de personnes que le monde peut penser», avait alors mentionné au Soleil Patrick Greer, qui cumule 27 ans de service au sein de l'industrie.Dernière papetièreL'usine Stadacona était la dernière papetière à être en activité dans la grande région de Québec, après qu'AbitibiBowater eut fer­mé ses installations de Donnacona et de Beaupré en 2008 et en 2009. Ces deux établissements avaient d'abord fermé temporairement pour ne jamais rouvrir.Selon les derniers chiffres de Papiers White Birch, l'usine de Québec produisait annuellement 410 000 tonnes de papier journal, 95 000 tonnes de papier annuaire et 45 000 tonnes de carton. Les machines fonctionnaient 24 heu­res sur 24, 365 jours par année. (...)

[ La suite. En complément : Fermeture imminente : sentiments partagés chez les travailleurs de Stadacona. À lire entre autres billets : Sort de Papiers White Birch : un point de vue. ]