Fin du cinéma dans St-Roch : la dernière projection

En 1982, les cinéphiles faisaient la file pour voir le film à succès E.T. présenté en version française à l'Odéon. Photothèque Le Soleil.Finalement, un "projet" souhaitable pour Limoilou, ce gentil Poisson d'Avril? Cité dans Le Soleil : "Québec devient la seule ville de 500 000 habitants du monde ou à peu près où il sera désormais impossible de flâner en ville et d'aller voir un film à pied... - mikhail_boulgakovSource : Guy Benjamin, Le Soleil, 6 avril 2011.

(...) Tout avait commencé peu après midi le 14 septembre 1967. Un projecteur s'allumait pour offrir aux premiers clients de ce cinéma ultra-moderne le film américain Les professionnels mettant en vedette Burt Lancaster et Claudia Cardinale. Sur le coup de 14h débutait la projection du film réservé aux 18 ans et plus, La Curée, avec Jane Fonda dans le rôle principal. Et pour attirer les cinéphiles de la banlieue, on offrait trois heures de stationnement pour 25 cents.Le choix de St-Roch«Le choix de l'emplacement était numéro un», analyse Réjean Lemoine. Pour le chroniqueur urbain, c'était vraiment la place pour s'installer, au coeur de la ville, à mi-chemin entre la haute et la basse ville. «Tu ne pouvais pas avoir plus densément peuplé». (...)À cette époque, le cinéma était une affaire urbaine avec deux salles sur la rue Saint-Joseph et des cinémas dans Montcalm et dans Limoilou, précise M. Lemoine. «Qui disait cinéma disait centralité, alors qu'aujourd'hui les cinémas s'installent en périphérie au croisement d'autoroutes». (...)«­Il y avait toujours eu du cinéma au centre-ville. C'est donc au centre-ville que l'on devait construire un cinéma moderne, avec une nouvelle technologie, une grande salle, un son d'une grande qualité ».Pendant au moins une quinzaine d'années, le Charest a été le cinéma numéro un à Québec, rappelle M. Lemoine. Des grandes files d'attente devant le cinéma et des bouchons de circulation qui s'étiraient jusque sur le boulevard Charest témoignaient du succès de l'entreprise. (...)

[ La suite. À lire aussi : Un Ciné-club dans Limoilou et Limoilou dans les années 1970 (5) : Collège O’Sullivan de Limoilou (Boîte à films). ]