Le Pierrot, institution citadine

Casse Croûte PierrotC’est pour Monlimoilou.com et le Club des Gloutons du Québec (CGQ) que je suis allé au Casse-croûte Pierrot, afin d’offrir, à titre d’éclaireur gastronomique, mes impressions sur cette institution limouloise de quarante ans d’âge. Voici un rapport assez détaillé, du moins je l’espère, de certains plats que vous pourrez goûter à votre guise, lors de votre prochain voyage gastronomique, au réputé restaurant de Limoilou.Repaire bucoliqueJe fus tout d’abord surpris de constater l’humilité de l’endroit : un petit chalet situé en ville; un petit temple près de l’école de cirque, qui laisse de l’extérieur une impression grandiose, surtout lorsque décoré de sapins de Noël. Pris en charge rapidement et installé sur une de ces banquettes qui restent chaudes à l’année, j’étais aux anges. L’intérieur a beaucoup de cachet et très rapidement je me suis senti chez moi. La serveuse, appelons-la Thérèse, est d’une efficacité et d’une gentillesse irréprochables. Digne d’un vétéran de la guerre de Corée, elle a même accepté de couper mon hot-dog en deux. J’en profitai pour lui poser quelques questions (…)Pierrot est une entreprise familiale. Les clients viennent d’aussi loin que le Lac-Beauport afin de se régaler de leurs différents choix de pizzas qui font leur réputation. Puisque le resto est situé près de l’hôpital, les malades le préfèrent aux “jellos” institutionnels. Il y a sept livreurs de fin de semaine et le roulement est constant, si bien qu’ils doivent redoubler d’ardeur pour servir les clients dans le restaurant pendant la nuit. Car le Pierrot est ouvert 24 heures, et c’est une des raisons de son succès.Casse-croûte PierrotDe l’amour gras et doduJ’ai inspecté le menu avec soin et commencé par le baromètre par excellence des casse-croûte : la rondelle d’oignon, servie avec petits casseaux de miel. Bons au goût, voilà des anneaux gras et dodus, sans défaut de fabrication. Puis, sans crier gare se présente le hot-dog au bacon et fromage. Après que Thérèse l’ait coupé délicatement, je l’engouffre en deux bouchées. Une explosion de fromage jaune et de bacon dans la bouche, on aurait dit une saucisse tout droit sortie d’une patinoire de banlieue! Ceci m’ouvre l’appétit. J’ai le goût de crier « encore! » à Thérèse, qui s’affaire à m’apporter une liqueur et à essuyer le rebord de mes lèvres. Le petit chalet chétif vient de gagner mon estomac, mais le meilleur reste à venir : le troupeau d’éléphants! Non! Je ne pouvais passer à côté de la pizza.La pizza est arrivée sur un réchaud et j’ai vite fait de m’en servir une moitié. La “Deluxe” est assaisonnée de poivrons, d’oignons et de bacon. Voilà une croûte assez mince, délicate et qui fond comme du pain frais dans la bouche. Elle est moelleuse à souhait, mais c’est la sauce tomate qui fait, en bonne partie, la différence. Les meilleures pizzas ont la sauce tomate exquise, et c’est le cas ici. Le fromage est excellent. Avec des ingrédients frais, dignes d’un bon roulement, la table est mise. C’est une pizza artisanale, concoctée avec amour. Et pour moi, l’amour est important, ça vous réchauffe le cœur et ça vous rend spécial. Si vous manquez d’amour dans votre journée, rendez-vous sur la 10e Rue et commandez une “Deluxe”. Grandiose!Un p’tit chausson avec ça?Enfin, la montagne s’est imposée. Voyez ce mastodonte, ce sommet que je devrai franchir!

Auriez-vous une pelle pour ça, Thérèse!? »

Dans mes recherches, j’ai appelé les habitués des environs au hasard, plusieurs m’ont raccroché au nez, d’autres m’ont fortement suggéré de manger une poutine galvaude et d’y rajouter, en guise de sommet, la salade de chou. J’ai aussi consulté le site mapoutine.ca, où l’on retrouve celle du Pierrot en 8e place dans la région de Québec avec une note globale de 85.82 %. J’ai d’abord attaqué sur les flancs. Cette sauce filante ne manque pas de panache. Si c’était du vin, nous dirions qu’il est charpenté. Voilà que nous retrouvons des morceaux de poulet blanc filamenteux en abondance, des petits pois numéro 2 et du fromage délicat. Les frites, dorées à souhait, sont bien croustillantes et contrairement à d’autres, contiennent de la matière. Des frites réconfortantes, cuites dans le gras, sans complexe. Rien de meilleur!De la poutine normale, j’aurais dit qu’elle est bien au-dessus de la moyenne, mais cette « Gal-pout » rehausse absolument tout, surtout lorsqu’on rajoute la salade de chou. Quel ne fut pas mon doux plaisir de sentir le craquement du chou et des frites sous mes dents, avant d’y goûter toute la saveur des contradictions chaud-froid et amer-doux. Un délice que je suggère à tout le monde. Après avoir atteint ces sommets, j’étais totalement épuisé. Satisfait de ce repas très abordable, je ne mangerai plus jusqu’à demain. Je vous suggère fortement d’aller sur place pour profiter de l’aspect bucolique et de l’excellent service.Veuillez agréer mes rapports les plus constants.

Casse-croûte Pierrot109, 10e Rue, Québec418 529-4273

[ À lire aussi : Une autre recrue pour Monlimoilou.com ]

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir