Sondage sur les écoquartiers : les familles ne sont pas mûres

Les écoquartiers de D'Estimauville et de la Pointe-aux-Lièvres ont davantage la cote chez les gens de plus de 45 ans que chez les 25 à 45 ans. Photo firme Côté Chabot Morel.Source : Pierre-André Normandin, Le Soleil, 6 juin 2011.

Les jeunes familles se montrent peu intéressées par les écoquartiers projetés par l’administration Labeaume justement pour les attirer. Un sondage réalisé pour le compte de la Ville de Québec à l’automne révèle qu’ils plaisent davantage aux personnes seules disposant de revenus modestes.Afin de convaincre les promoteurs immobiliers du potentiel que représentent ses projets à D’Estimauville et à la Pointe-aux-Lièvres, la capitale a commandé l’automne dernier un imposant sondage à la firme Léger Marketing. Si 4 personnes sur 10 se sont dites intéressées à vivre dans l’un des deux écoquartiers projetés, le coup de sonde mené auprès de 2506 personnes de la région permet de dresser un portrait fort différent des jeunes familles que Québec souhaite attirer.(…)Revenus modestesLe sondage a permis à Québec d’évaluer à 6 % la «prime» que les gens seraient prêts à payer pour vivre dans un écoquartier plutôt qu’un quartier traditionnel. La Ville calcule ainsi que les gens sont prêts à payer 243 620 $ pour une résidence unifamiliale et 214 340 $ pour une copropriété. Habiter ces secteurs verts risque en effet de coûter plus cher, les normes de construction étant plus élevées et des technologies étant implantées pour gérer l’eau et les déchets (…)

[ La suite. À consulter notamment : Précisions sur l’appel de propositions préliminaires pour les écoquartiers et Écoquartiers D’Estimauville et de la Pointe-aux-Lièvres : rappel. ]