L’abondance de Tunis

port-gouletteUn homme enjoué (les joues roses) finit son repas pendant qu’attablé, j’attends mes trois compagnons à Tunis :

– Vous êtes déjà venu ici vous?- Je suis venu ici une fois, ça fait longtemps.- Eille c’est bon rare icitte, êtes-vous déjà venu un midi?- Non jamais.(Conversation agrémentée de musique arabe et d’une danseuse de baladi) – Viens pas ici un midi, après tu seras pu capable de travailler ahahah, r’garde ça! »

L’homme me montre avec des étoiles dans les yeux le restant du jarret d’agneau de son couscous royal. « C’est ce que je vais prendre », me dis-je. Passer  à côté de la royauté dans un menu, c’est passer à côté du resto.Mes trois compagnons retardataires s’installent promptement, la faim au ventre.  Un cuisinier, un caméraman et une ex-chroniqueuse sportive de volleyball féminin aux Jeux olympiques de Séoul.  Nous repassons  un menu simple mais très varié, et je commande une bouteille de vin blanc à 26 $.

Vous prenez les amis?

Qui commandera le lapin? Nous abdiquons, c’est André qui essaiera; probablement la meilleure décision de sa journée. Je demeure loyal tandis que Robert commande l’assiette Gyros.  Je dois mentionner le pain que la charmante propriétaire vient déposer sur la table. Une boule chaude croustillante qui fond dans la bouche, pas grand-chose à voir avec l’habituel pain baguette. Ils le font sur place, ça va de soi.Port de la Goulette à LimoilouÉtant  le seul à commander une table d’hôte, je reçois une curiosité comme entrée. La ojja Merguez sent bon les épices méditerranéennes. Robert, convivial, découvre rapidement l’œuf au fond et perce le jaune qui se répand dans le rouge brûlant d’une sauce tomatée et autres élucubrations maghrébines. Je dois souligner que les merguez étaient un peu sèches. Reste que c’est bon et servi dans un bol absolument magnifique.Restaurant Port de la GouletteMon couscous royal arrive. J’ai le goût de prendre ce gros jarret d’agneau comme Obélix et me l’engouffrer en le faisant tourner dans ma bouche jusqu’à ce qu’il n’y reste plus rien! Au fond, un couscous aux tomates rouges, tout à fait chaud et délicieux. En dessous des zucchinis, des merguez, du poulet puis d’autres piments et des échalotes. Un mot que l’on emploie rarement  à notre époque  est revenu hanter nos conversations pendant le repas : abondance. J’étais enfin de retour chez moi.

Pourquoi je n’ai pas pris le lapin? Pourquoi je n’ai pas pris le lapin…?

Port de la goulette LimoilouLes morceaux de viandes passent d’une assiette à l’autre. Robert s’exclame : « Ce lapin goûte! ».  Ils l’ont probablement laissé mariner toute une journée. Meilleur que du poulet, ce lapin est tout simplement délectable et il n’est pas sec! Servi avec pois chiches sur lit de couscous,  haricots verts, brocolis et pour finir, une salade bien rafraîchissante.

Question pour un super champion

Un plat grec composé de viande (souvent de porc mais aussi de poulet, de veau, de bœuf ou d’agneau), de tomate, d’oignon et de sauce Tzatzíki, le tout servi avec du pain pita*?? Qui suis-je?Le Gyros, bonne réponse!  Un Gyros servi avec de la sauce à l’ail, des haricots et des patates dans la plus pure tradition.

– Comment c’était Robert?- C’était bon!- Venant d’un cuisinier, ça veut dire très bien. »

*Wikipedia

Le dessert

Port de la goulette à LimoilouPetit sorbet  aux arômes citronnés et parfumé de cacao, servi avec un biscuit cylindrique sur une assiette agrémentée de sauce aux cerises et chocolat. Pour la présentation c’est réussi, et pour le goût aussi.Je n’ai pas déjeuné le lendemain.  Une bouteille de vin, une pinte de Boréale et un incroyable couscous royal pour  63,82 $. Qui peut en faire autant? Qui? Limoilou, vous habitez à côté du Maroc et de la Tunisie, allez-y!

Le Port de la Goulette1201, 3e Avenue

418 524-7070