Une ferme urbaine

Jonathan Vallet et Naïm Savoie

Si l’énergie et l’enthousiasme dont fait preuve Jonathan Vallet ont quelque chose à voir avec l’herbe de blé, produit vedette et exclusif qu’il vend à l’Accommodation bio, j’en veux.Apparemment, je ne suis pas la seule. Depuis l’ouverture de l’épicerie en 2008 par Léa Charest, laquelle venait d’acheter une ferme et souhaitait en vendre les récoltes en ville, le bouche à oreille a fait son œuvre. Résidants du quartier, de la ville, de la région et même, à l’occasion, d’au-delà; curieux et habitués; sportifs et convalescents; crudivores et végétaliens : les vertus d’une alimentation bio, vivante, locale et équitable attirent… un peu tout le monde. Chacun ne profite pas moins d’une approche personnalisée dans cette petite épicerie de la 2e Avenue, où règne cet esprit de communauté qui fait souvent le charme des commerces de quartier, et de celui-ci en particulier.Une épicerie de principesLa conviction décontractée de Jonathan Vallet n’est d’ailleurs pas étrangère à ce charme. En voie de devenir l’associé de Léa Charest et Arham Savoie (le copain de celle-ci), il défend avec verve les principes de leur marché fermier saisonnier, à commencer par celui de la « souveraineté alimentaire ». Par là, il entend l’accessibilité à un régime alimentaire sain; non seulement s’agit-il d’offrir une variété de fruits, de légumes et de pousses « directement de nos champs à vos assiettes », mais également de donner les moyens aux gens de changer leur mode d’alimentation.L’idée a quelque chose d’étonnant : en expliquant le mode d’emploi du déshydrateur vendu sur place, en proposant du matériel pour la germination, en dévoilant la recette de mets préparés par le crusinier Naïm Savoie, n’est-ce pas là le risque de perdre leur clientèle? Il faut croire que non, sans doute en raison de ce goût de « revenez-y » que nous laisse l’accueil presque familial, et parce que cet « épicentre santé » répond à un certain besoin.Une clientèle combléeCe besoin, c’est celui de s’approvisionner, en milieu urbain, en produits maraîchers de qualité quand vient le temps des récoltes. C’est celui de se procurer des denrées rares sur le marché comme l’herbe de blé, cultivée grâce au savoir-faire de Léa et Arham. C’est celui de trouver au même endroit superaliments (chanvre, noix du Brésil, spiruline, tous très nutritifs), mets préparés (mais toujours « le moins transformés possible », donc crus), et produits frais et secs (dont certains importés, pour compléter l’offre et répondre à la demande). C’est celui, enfin, de se nourrir d’aliments dont la culture ou le mode d’achat respectent l’environnement et la condition socio-économique des producteurs.Avec Alimentex et, dans une moindre mesure, la Fournée bio, l’Accommodation bio vient compléter le trio des commerces qui, dans ce secteur de Limoilou, proposent, en tout ou en partie, des produits pour une alimentation soucieuse de la santé, de l’environnement et de l’économie sociale.

Accommodation bio1298, 2e AvenueQuébec G1L 3C7418-948-7367