Casseurs de manifs

Source : Élisabeth Fleury, Le Soleil (éditorial), 10 mai 2012. Plusieurs organismes et groupes citoyens de Québec unissent leurs voix cette semaine pour dénoncer les «actions répressives» du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) lors des manifestations du 19 et du 27 avril, qui se sont respectivement soldées par 49 et 81 arrestations. (...)Le 27 avril, les manifestants ont tourné à droite alors qu'ils devaient tourner à gauche. Allez hop! dans le panier à salade. Le 19 avril, ils ont... ils ont fait quoi, déjà? Ah oui, ils ont marché dans un quadrilatère de moins d'un kilomètre dans les rues avoisinant le Cégep Limoilou et donc entravé la circulation. Pas que la circulation ait été particulièrement dense en ce début d'après-midi aux abords du collège d'enseignement de la tranquille 8e Avenue, mais qu'importe. Allez hop! dans le panier à salade. (...)Mais encore? Les policiers sont-ils justifiés de mettre un terme à des manifestations pacifiques en procédant à des arrestations de masse sous prétexte qu'il n'était pas prévu que des manifestants marchent dans cette rue-là, ce jour-là et à cette heure-là? Non, non et re-non. (...)[ La suite. À lire notamment : Autre manifestation dans Limoilou… ]