Écoquartier D'Estimauville : l'exigence sur les stationnements couverts disparaît

Ouais...

* * *

Source : samuel Auger, Le Soleil, 9 janvier 2012.(...) Dans l'appel d'offres préliminaire de 2010, la Ville de Québec indiquait clairement que les promoteurs s'engageaient à ce que «90 % des stationnements [soient] couverts avec un ratio 1:1 pour l'usage résidentiel».Ce critère forçait les développeurs immobiliers à imaginer des stationnements souterrains ou encore des stationnements étagés qui se fondent dans le décor. Des espaces de stationnement sur rue devant être réservés pour les commerces, cette exigence de 90 % condamnait à toutes fins utiles la présence de stationnements de surface.Les stationnements à ciel ouvert, bien que peu coûteux, sont perçus par beaucoup d'urbanistes comme étant un frein à la densité urbaine et à la création d'un milieu de vie à l'échelle plus humaine. Ces deux thèmes sont des critères incontournables des écoquartiers à travers le monde.«Stratégie globale»Or, la notion de 90 % est disparue de la version finale de l'appel d'offres, a constaté Le Soleil. (...)[ La suite. À lire notamment : Écoquartiers : la Ville de Québec revoit ses exigences à la baisse. ]