Enfouissement des lignes à haute tension : suivi de la rencontre du 25 avril

En avril 2011, Hydro-Québec annonçait qu’elle reverrait le projet d’enfouissement de lignes à haute tension dans Limoilou puisque celui-ci, tel que présenté, n’avait pas été accueilli favorablement par la population. Les citoyens ne voulaient pas de lignes à haute tension à quelques mètres de leur résidence. À la suite de cette mobilisation, Hydro-Québec avait alors annoncé la création d’un comité de travail chargé d’évaluer les solutions possibles et acceptables pour un nouveau tracé. Suspendues pendant un an, les discussions de ce comité ont repris le 25 avril dernier, sous la forme d’une Table d’information et d’échange. Le groupe de travail, sous la responsabilité d’Hydro-Québec, est composé de représentants des citoyens, des trois Conseils de quartier de Limoilou, de la Ville de Québec et de la Direction régionale de la santé publique.Lors de la rencontre du 25 avril, il a été question du raccordement temporaire du poste de transformation de Limoilou, à l’angle du chemin de la Canardière et du boulevard Montmorency, à partir des lignes de transport aériennes actuelles. Le projet d’enfouissement des lignes ayant été reporté, cette solution temporaire sera utilisée pour une période maximale de 5 ans, selon Hydro-Québec.En ce qui concerne le tracé d’enfouissement des lignes à haute tension, Hydro-Québec n’a pas, pour l’instant, de proposition. La société d’État dit vouloir d’abord entendre les préoccupations des citoyens et travailler avec les membres du comité. Hydro-Québec souhaite convenir de la solution finale à l’été 2013 afin de commencer les travaux, qui devraient prendre fin en 2015. La Table d’information et d’échange devrait à nouveau se réunir en juin et en septembre 2012.Siégeant sur la Table à titre de citoyennes, Geneviève Levac et Pascale Boudreault considèrent que la démarche donne aux citoyens l’opportunité de s’exprimer et, à Hydro-Québec, de prendre en compte les appréhensions des résidents du quartier. Ainsi, elles invitent ceux-ci à demeurer informés et à communiquer leurs préoccupations quant à un futur tracé d’enfouissement. Les résidents peuvent partager leurs opinions à leur Conseil de quartier, à leurs élus municipaux, à Hydro-Québec, ou encore en s’exprimant brièvement sur la page Facebook du groupe ou en envoyant un courriel à l’adresse hydrolimoilou@hotmail.com.

Rappel des événements

  • En janvier 2011, Hydro-Québec présentait aux résidents son projet de poste de transformation et d’enfouissement des lignes à haute tension (230kv) situées sur la 41e rue et le long du boulevard Henri-Bourassa.
  • Le tracé projeté faisait passer les lignes sous 10 km de rues résidentielles, sur lesquelles sont déjà établis près de 3400 résidents. Les lignes allaient être enfouies à 1 mètre sous la chaussée (1,5 mètre du trottoir) et à moins de 10 mètres de la majorité des maisons.
  • Inquiet en raison des effets possibles du champ magnétique sur la santé, un comité de citoyens a demandé en février 2011 un avis à la Direction régionale de la Santé publique (DRSP).
  • Dans sa réponse, transmise en mars 2011, la DRSP recommandait à Hydro-Québec « d’agir avec précaution afin de protéger les résidents du quartier, dont les jeunes enfants », « d’impliquer la population du quartier (…) dans la prise de décision » et de « privilégier le dialogue entre les parties concernées afin de trouver une solution plus acceptable pour les résidents du quartier, incluant la réduction de l’exposition ».
  • En avril 2011, au terme d’une rencontre publique ayant réuni plus de 350 citoyens, Hydro-Québec annonçait qu’elle devait abandonner le projet compte tenu de l’absence d’acceptabilité sociale. Elle annonçait la création d’un comité de travail chargé d’évaluer les solutions possibles et acceptables pour un nouveau tracé.
  • Ce comité, composé de représentants des résidents, des Conseils de quartier de Limoilou, de la Ville de Québec et de la Direction régionale de la Santé publique, a tenu une première rencontre en mai 2011. Les discussions du comité ont repris le 25 avril 2012 et se poursuivront au cours des prochains mois.

[ À lire aussi : Enfouissement des lignes à Limoilou : reprise des discussions ]