iX Bistro : l’orgueil de la 18ème

Benoit Lemieux, bleuet d’origine, nous reçoit dans un décor tout à fait charmant. Anciennement professeur d’histoire au curriculum étoffé,  il économisait depuis longtemps pour construire un jour son resto à lui! Mec fort sympathique, nous nous sommes naturellement installés au comptoir afin de poursuivre la conversation et voir travailler de plus près le diplômé de Baie-Comeau. Le menu est écrit à la craie sur les murs tout autour, c’est rafraichissant, moderne et… passons pour le cube à pizza…

Nous avons vu sur ta page facebook La confiance aveugle pour 2 en entrée, est-ce que ça existe toujours?»«Il faut que ça me tente et que j’ai de l’inspiration, et ce soir ça me tente!», réplique sans hésiter notre chef.

Généreux, il nous explique que iX, c’est plus pour le X que ça compte.

Il y a tellement de possibilités en cuisine, je ne voulais pas seulement me spécialiser dans une branche. Je suis un cuisinier plutôt fusion généraliste, j’aime expérimenter, faire de nouvelles découvertes.»

Plusieurs couleurs sur la palette donc.

Mes lunettes et ma canne pour la confiance aveugle

Sur une planche, en haut à gauche, des joues de bœuf sur oignons frits.ix Bistro«Depuis qu’ils ont fait de la joue de porc à l’émissions Les chefs, c’est devenu inabordable.» Poêlées puis réchauffées au four, elles sont magnifiques. Au milieu, mon coup de cœur de cette entrée : un petit ragoût de gourganes qui me veut encore, c’est bien de faire confiance. Par la suite, crevettes aigres piquantes au babeurre : wow! Des bouchées pulled pork sur pain naan et de la dinde froide au poivre japonais et compotée de canneberges : Noël dans la bouche. Les petites patates chaudes salées et sa sauce ont achevé mes papilles. C’est un K.O technique sans équivoque. Je ne m’ennuie pas de la poutine d’Expo-Québec.

«T’as pas mal»

iX BistroJe me laisse séduire par la carte des vins à côté de la porte d’entrée. Benoit nous suggère, pour accompagner notre plat principal, le vin autrichien Zweigelt. Un vin fruité qui entre tranquillement en bouche et cogne le fond du palais avec des arômes boisés et fruités. Ce sera parfait pour accompagner ma bavette de bœuf (23 $) et l’osso bucco de porc (21$)  de mon ancien coloc. Bavette de bœuf qui fond dans la bouche, bien saignante, gratinée d’Oka. Accompagnée de poivrons braisés et d’une purée de patates gratinées. C’est si bon, je vais prendre mon temps, me dis-je.L’assaisonnement est agressif, roule en bouche mais ne s’impose pas trop. La viande disparaît rapidement en laissant suffisamment d’épices pour nous ramener au vin (équilibré) qui finit d’aromatiser le délice. La purée est parfaite pour accompagner ce plat. Les patates sont croustillantes et délicieusement mêlées de beurre et de fromage. Les poivrons braisés sont une option très intéressante qui me rappelle de ranger mon BBQ.L’osso bucco est bien savoureux, croustillant et sucré. Ancien coloc ne se gêne pas pour dire qu’il le trouve un peu sec par contre. Effronté, va! Il me laisse la moitié de la moelle d‘un os que j’aspire avec succès, mais qui se retrouve dans mon œil. Je quitte en ambulance. Mais non. Je me suis senti préhistorique. L’accompagnement de pâtes, protégé jalousement, je n’y goûterai pas, mais  tout a plu à ancien coloc qui est ressorti du bistro tout sourire.

Un petit scotch pour finir? 

ix BistroIl est près de 20 h, les clients entrent au bistrot. Nous n’allions pas quitter sans essayer une des nombreuses sélections de liqueurs mises de l’avant au comptoir. Pour arroser la fin d’une soirée réussie, pourquoi ne pas prendre un verre de Lagavulin 1995 (17 $), scotch légendaire (au diable les dépenses).  Boucane, exclamation, joie! Palpitation? Je quitte en ambulance. Mais non!  La totale, ce sera dur à battre. Deux pouces en l’air iX Bistro. 

iX Bistro

1104 18e rue418 914-8525