Le Palace : interdit à ceux qui puent

Palace
Crédit photo : Marie-Josée Marcotte
Il faut leur donner ça, au théâtre du Grand Escalier et à son metteur en scène qui se renouvellent d’année en année : ils osent. Après le monumental Macbeth et le complexe Tendre et cruel, la troupe s’attaque ces jours-ci à briser le mur invisible avec Palace, une comédie française de Jean-Michel Ribes mise en scène par Maxime Perron. Le public, lui, est mis sur scène : quelque 80 chaises encadrent le jeu des acteurs, lesquels prennent la peine de vous accueillir à votre arrivée au Palace, un hôtel de luxe.PalaceEn tant qu’acteurs de soutien, donc, veillez à bien respecter les règles de bienséance édictées par Lady Palace qui, en maîtresse de cérémonie chevelue, vous indique la marche à suivre si vous avez envie de vomir ou de vous débarrasser de vos crottes de nez. Surtout, soyez riches et propres : « Nous n’aimons pas les gens qui puent » – c’est-à-dire les pauvres, avoue une employée de l'hôtel. C’est seulement à cette condition de richesse que vous pourrez faire la connaissance de la fée qui livre du Saint-Hubert, de M. Anus (et pas M. Trou-du-cul, notez-le) et de la femme de rêve.Vous désirez changer d’opinion sur votre belle-sœur? Demandez-le à la réception. Vous souhaitez commander un rêve avec Marilyn Monroe en Afrique avec des pygmées bruyants? Dites et on vous exaucera. Par contre, si l’on retrouve votre bien-aimée démantibulée, ne vous attendez pas à recevoir la même considération que pour une malheureuse feuille morte. Le directeur de l’hôtel sait relativiser les drames.Présentée du 21 au 24 novembre à la Salle Sylvain-Lelièvre du Cégep Limoilou, Palace enchaîne ainsi une série de saynètes humoristiques avec queue (de taureau) mais sans tête (de la bien-aimée). Si bien qu’on ne verra pas nécessairement venir la fin – ou peut-être est-ce parce qu’on avait bien envie de rire encore de cette galerie de personnages attachants, interprétés avec aplomb par les jeunes acteurs. Avec un usage créatif et efficace de l'espace et de l'appareil scéniques, le metteur en scène et l'équipe technique promettent bien des surprises.