Qui embrassera le cul de Fanny ?

Jean-François Girard (Limoilou en vrac) et les 2 équipes finalistes
Crédit photo: Jean Cazes
L'an dernier, j'avais couvert l'International de Pétanque du Vieux-Limoilou pour la première fois. Je me rappelle avoir vécu une journée mémorable. Cet été toutefois, j'avais envie de redécouvrir cette compétition par les mots de quelqu'un d'autre, d'être émerveillée à nouveau! C'est pourquoi j'ai envoyé mon ami Sébastien Dumais, fier Limoulois mais surtout grand curieux, être mes yeux, mes oreilles et ma plume...

* * *

C'est dans une ambiance festive et sous un soleil radieux que se déroulait, samedi dernier, la 3e édition de l'International de pétanque du Vieux-Limoilou (IPVL). Petits et grands étaient réunis dans la bonne humeur pour s’amuser à ce jeu provenant de nos copains français, dont on comptait, d’ailleurs, quelques représentants. Pour ma part, c'était la première fois que j'assistais à cet événement organisé par les Productions Limoilou en Vrac. Dès mon arrivée sur les lieux du parc de l’Anse-à-Cartier, le rythme reggae, les délicieux hot-dogs et la bière froide m’ont conquis.Bien qu’amical comme tournoi, certains compétiteurs n'ont pas lésiné sur les stratagèmes qui leur permettraient de gagner davantage de points. Personne ne souhaitait être blanchi par ses adversaires car, c'est une règle à la pétanque, qui ne marque aucun point doit embrasser le cul d'un mannequin, en l'occurrence Fanny (ci-dessus). Une conséquence à la fois drôle et inusitée qui ne pouvait qu’attirer les blagues des spectateurs amusés.Par ailleurs, afin de se distinguer, une bonne partie des participants avaient mis cœur et énergie à confectionner des costumes tous aussi originaux les uns que les autres. Des prix ont été décernés à cet effet aux équipes s’étant le plus démarquées et, bien que le choix fut difficile, les organisateurs ont dû trancher en remettant les honneurs aux « Francine Grimaldi », suivies de près par les « Madonna », bonnes deuxièmes. Le souci d'originalité des pétanqueurs se laissait également deviner jusque dans le choix des noms d'équipe. Je pense, par exemple, aux" Gérard", aux "Lebel et ses bêtes" et aux " Cochonettes", pour ne nommer que ceux-là.Enfin, malgré leur force indéniable, les gagnants de l’an dernier, les «Pasta Gars», ont dû céder leur titre de champions à l’équipe des « Zurbains », vainqueurs de la coupe Ricard. Un tournoi qui s’est terminé en beauté!Les organisateurs parlent d'une "année record" avec un total de 192 joueurs (64 équipes), et annoncent déjà le retour de l'activité le 27 juillet 2013 au même endroit.Charmé par mon expérience,  je vous convie donc l’an prochain à cet événement rassembleur qui saura, j’en suis certain, vous charmer à votre tour. Croyez-moi, j’y serai avec mon équipe de «Pètes en cœur»![ En complément : Les Zurbains: meilleurs «pétanqueux» de Limoilou (Québec Hebdo). ]