Rencontre avec Raymond Côté, député (1 de 3) : Transports, urbanisme et développement durable

3e Avenue, Brûlerie Limoilou. Photo : Jean Cazes, 17 janvier 2012.
Crédit photo: Tank and the Bangas

Le fait d'être élu a été un bouleversement de vie à la fois personnel et professionnel complet; un cadeau extraordinaire pour moi après sept ans de travail à titre de militant très engagé", confie d'entrée de jeu le nouveau député fédéral de Beauport–Limoilou, Raymond Côté.

Résumé (partie 1) d'un premier rendez-vous d'une heure, Brûlerie Limoilou qui a (trop) vite passé avec un Limoulois de longue date!

* * *

Plan de mobilité durable de la Ville

En 2010, j’ai pris connaissance du Plan de mobilité durable : j’ai été emballé, et je salue le maire Labeaume pour être finalement devenu un défenseur acharné du tramway! Tous les députés néo-démocrates de la région sont des alliés dans ce dossier. Le NPD a d’ailleurs déposé une stratégie nationale pour le développement du transport. Le gouvernement doit s’engager à soutenir les communautés afin que les gens brisent leur dépendance à la voiture, les premiers acteurs étant les villes et les entités en milieu rural.Pour ma part, j’ai vendu mon auto il y a trois ans, et je profite des lignes Métrobus qui desservent bien Limoilou. Le virage « mobilité durable » doit se faire maintenant, car la hausse du prix de l’essence a déjà des répercussions énormes sur les gens à faible revenu considérant entre autres les coûts de transport des produits de base comme la nourriture. Malheureusement, il faut le dire, le gouvernement conservateur, dans sa dynamique, cherche plutôt à réduire des « dépenses » qu’il ne voit pas comme un investissement à long terme. Pourtant, nos partenaires commerciaux mettent déjà des choses en place : des villes américaines comme Salt Lake City et autres comparables à Québec en population profitent depuis peu d’un tramway."

Écoquartiers et accès convivial au fleuve

Mon principal rôle, dans ces dossiers, c’est d’appuyer l’administration municipale. Mon bureau est situé à deux pas du projet d’écoquartier D’Estimauville, et comme résident, je suis aussi un voisin de la Pointe-aux-Lièvres, de l’autre côté de la rivière. C’est très motivant de voir la Ville faire un pas en ce sens : je demeure en contact régulier avec les conseillers municipaux, dont Suzanne Verreault. On parle ici d’écologie urbaine : j’aime aller faire mon épicerie à pied, avoir accès aux chocolateries de la 3e Avenue, etc. Et c’est en plein le genre de modèle qu’on peut exporter ailleurs, à l’opposé par exemple des power centers… Je suis donc un partisan inconditionnel des écoquartiers, mais les paramètres de leur développement appartiennent à l’administration de Québec qui doit décider ça avec les citoyens.Comme le Vieux-Limoilou offre déjà un milieu de vie très agréable, le développement de D’Estimauville m’apparaît prioritaire. Dans Giffard et les quartiers Saint-Pascal et Saint-Pie-X de Limoilou se concentrent des problèmes sociaux importants, pas seulement de pauvreté mais aussi, entre autres, de santé mentale. Bref, le secteur fait pitié à voir au plan urbain par rapport à la Pointe-aux-Lièvres où l’on retrouve par exemple une une vaste patinoire! Il y a bien le Domaine de Maizerets, mais sans auto, l’accès n’est pas évident. C’est pourquoi la Ville envisage sérieusement, en collaboration avec le ministère des Transports, la reconfiguration de l’autoroute Dufferin-Montmorency jusqu’aux chutes en continuité avec la Promenade de Champlain. Ce projet cadre avec des programmes d’infrastructures paritaires du gouvernement fédéral, et il faut l’accord de la province concernée. Encore ici, on ne parle pas de dépenses, mais d’investissement pour l’avenir comme ça été le cas avec la renaturalisation des berges de la rivière Saint-Charles. Ce sera bénéfique autant pour les gens de Giffard que de l’est de Limoilou qui méritent de voir leur qualité de vie améliorée et qui ne demandent pas mieux que de dépasser la barrière de l’autoroute pour se rendre facilement aux installations du Domaine de Maizerets, de la Baie de Beauport et à tout le littoral jusqu’aux chutes Montmorency."

Futur amphithéâtre

Photothèque Le Soleil.C’est un dossier que le maire Labeaume semble avoir réglé, même s’il s’est fait « niaisé » par les députés conservateurs de la région. Il y a un large consensus en faveur du projet d’amphithéâtre que moi-même j’appuie. Le prochain défi repose sur une reconfiguration des voies d’accès comme Hamel et Laurentien, et une amélioration de l’environnement autour du futur nouveau Colisée. On parle d’investissements du gouvernement du Québec et de la Ville, et ce que j’espère aussi, ce que j’examine, c’est maintenant un appui du fédéral. J’habite non loin : dans ma cours arrière, je constate à quel point c’est pénible, franchir la barrière que représente le boulevard Laurentien, passer de Limoilou au secteur commercial de Vanier. On pourrait très bien rendre ce coin beaucoup plus accessible, en faire un véritable milieu urbain plutôt qu’un no man's land, un lieu de transition au profit de la banlieue totalement inapproprié en 2012. Dans cette optique, le plan de mobilité durable est justement une voie de solution importante pour améliorer la qualité de vie des résidents riverains tout en dégageant de vastes espaces de développement tout autour.Comme on le souhaite pour Giffard et D’Estimauville, la venue de l’amphithéâtre devrait donc améliorer les choses dans ce secteur. Je suis quand même conscient des réalités financières : si le fédéral ne s’implique pas, ce sera alors au gouvernement du Québec et à la Ville d’offrir ce cadeau de reconfiguration aux gens de Limoilou et Vanier."

Publicité

À suivre la semaine prochaine :Papiers White Birch et protection des travailleurs

[ À consulter : La vague orange s’empare de Beauport-Limoilou! ]