Restauration de la façade de l'hippodrome : la Ville compte sur la politique du 1%

Façade de l'hippodrome, vue à partir d'une entrée du boulevard Wilfrid-Hamel. Panorama O-N. Montage photo : Jean Cazes, 15 avril 2009.
Source : Valérie Gaudreau, Le Soleil, 27 mars 2012.La Ville de Québec aimerait bien «faire passer» la reconstruction au coût de 3 millions$ de la façade de l'hippodrome dans la politique du 1 % d'intégration des arts à l'architecture. Elle en a fait la proposition au gouvernement du Québec, qui a instauré cette politique d'art public en 1961. Une idée qui n'est toutefois pas simple à appliquer.«On a discuté de ça avec le gouvernement, mais on n'a pas eu de confirmation en ce sens-là», a expliqué au Soleil le vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec, François Picard.Depuis la décision de construire l'amphithéâtre sur le terrain de l'hippodrome, la Ville a confirmé sa volonté d'y intégrer la façade de briques aux deux tours de ce qu'on appelait lepalais central lors de son inauguration, en 1917.Mais François Picard a réitéré hier les propos tenus dimanche par le maire Régis Labeaume : la façade ne résistera pas aux travaux d'excavation et au compactage des sols, nécessaires dans ce secteur fragile. Il faudra donc démolir et reconstruire la façade, essentiellement avec des matériaux neufs. Des travaux évalués à 3 millions$. (...)[ La suite. À lire notamment : Québec : un amphithéâtre plus petit pour éviter les dépassements de coûts. ]