Une ville verte, Québec?

Source : Samuel Auger, Le Soleil, 23 avril 2012.L'ACCÈS AU TRANSPORT EN COMMUN(...) Les ménages prennent davantage le transport collectif lorsque celui-ci est à proximité. À Québec, cet accès est limité. (...)LE COMPOSTAGELa majorité des villes canadiennes recyclent; la prochaine grande bataille sera donc la valorisation des matières compostables - le bac brun. Québec, comme bien d'autres, traîne la patte par rapport au compost. (...)LE VÉLO-BOULOTPeu de moyens de transport sont aussi doux envers la planète que le vélo. À Québec, les cyclistes sont nombreux, mais peu d'entre eux s'en servent pour se rendre au travail. (...)LA DENSITÉ URBAINELa densité urbaine est souvent un prélude à un environnement plus sain. La concentration des habitations limite l'utilisation du territoire et l'étalement urbain, en plus de favoriser l'implantation du transport en commun. Un domaine où Québec accuse un sérieux retard. (...)LE BILAN CARBONERien ne résume mieux la contribution d'une ville aux changements climatiques que son bilan carbone, qui recense toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) sur un territoire. À ce chapitre, Québec fait bonne figure, se classant sous les moyennes provinciale et fédérale. (...)[ La suite (comparaisons avec d'autres villes canadiennes). ]