Oui au casque, mais sans obligation

Arrivée de l'été, et des "grands classiques médias" pour gâcher un peu la belle saison : dangers de la canicule, de la pratique dite sécuritaire du vélo qui rimerait avec "casse"...Avec sagesse, Vélo Québec rapporte dans l'article ci-contre que «les Pays-Bas sont le pays où il y a le plus de cyclistes et qui a le meilleur bilan routier cycliste du monde et moins de 5% des gens y portent un casque». À cela j'ajouterais que les pires tragédies mortelles impliquant des cyclistes ces dernières années dans la province concernaient des athlètes équipés, il faut bien le dire, à la Pierre Lavoie sur les grandes routes. Question : dans ces tristes statistiques, est-ce que l'on départage les "casqués" et les "non casqués"?Ne manque maintenant que le retour de ce dermatologue blanc comme un drap avec ses foutues mises en garde contre l'abus du soleil. Vive l'été au Québec!

* * *

Source : Charles Côté, La Presse, 20 juin 2012.Après avoir examiné les circonstances entourant 129 morts de cyclistes en Ontario de 2006 à 2010, le coroner recommande d'étendre à tous les cyclistes l'obligation du port du casque, déjà en vigueur dans cette province pour les moins de 18 ans. (...)Il recommande donc que le Code de la sécurité routière de la province soit modifié «pour rendre le port du casque obligatoire».Mais il reconnaît qu'il y a «des divergences d'opinions sur le fait qu'il soit valable ou non d'imposer le port du casque par une loi» et que cela devra être fait «dans le contexte d'une évaluation de l'impact de l'obligation de porter le casque sur l'activité cycliste».Le port du casque obligatoire, selon Suzanne Lareau, de Vélo Québec, «c'est la solution du paresseux». (...)

[ La suite. À consulter notamment : Vélo versus sécurité : et si on « charriait »? ]