White Birch : l'offre acceptée «le fusil sur la tempe»

Source : Ian Bussière, Le Soleil, 25 mars 2012.C'est en se croisant les doigts dans l'espoir d'une réouverture de leur usine fermée depuis le 9 décembre que plus de 500 des 600 travailleurs de Papiers White Birch à Québec ont accepté hier à 79% l'offre finale de règlement global qui leur avait été présentée par l'employeur. (...)La nouvelle convention collective, qui ramène les travailleurs à leurs salaires d'avril 2009 avec une réduction de 10%, doit s'échelonner sur une période de neuf ans. Elle comporte aussi plusieurs autres coupes, notamment concernant le régime d'assurances collectives, qui sera remplacé par un nouveau programme moins généreux, et de la paie de vacances, qui passe de 2,4% à 2,2%.Malgré l'acceptation des offres patronales, aucune garantie n'a été donnée en ce qui a trait à la réouverture de l'usine Stadacona. «Le propriétaire Peter Brant a toujours dit qu'une réouverture était conditionnelle à une aide économique du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec. Il dit qu'il peut régler ça en une semaine, ce qui est difficilement imaginable», a poursuivi Renaud Gagné [vice-président du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP) de Québec ]. (...)[ La suite. En complément : Papiers White Birch: entre espoir et résignation (Le Soleil). À lire entre autres billets : Papiers White Birch : la Ville de Québec ne mettra pas un sou. ]