Sept idées pour Limoilou (4) – Le Marché public du Vieux-Limoilou

En route vers les élections municipales, en novembre 2013, l’équipe de Monlimoilou.com fait le plein d’idées pour le quartier. Organismes, commerçants, associations et citoyens engagés dans leur communauté ont été sollicités pour cette séance d’idéation collective. Surveillez le blogue au fil des prochaines semaines pour profiter de cette ébullition!La quatrième idée recensée par l’équipe de MonLimoilou.com est encore embryonnaire : le Marché public du Vieux-Limoilou. Un projet, lancé par deux résidentes du quartier, Jeanne Marcotte et Dominique Dupont, qui comptent bien, au fil des prochaines semaines et des prochains mois, chapeauter la réflexion devant, éventuellement, mener à sa mise en place.Une idée qui, pour les deux citoyennes, est issue d’une intuition :

À Limoilou il y a une belle offre commerciale, mais, parallèlement, on a l’impression qu’il y aurait avantage à y avoir une offre plus diversifiée, notamment en matière de fruits et légumes frais », explique Jeanne Marcotte.

Un projet un peu à l’image du Marché public de Saint-Sauveur, mis en place, en phase pilote cet été, par le Collectif Fardoche. Une initiative qui est le reflet d’un dynamisme dans le quartier et qui, également, y apporte un nouvel esprit, une nouvelle ébullition. « On a l’intuition qu’une initiative comme ça, à Limoilou, serait bien reçue par la population du secteur. » Sous quelle forme? À quel endroit? Tout reste à faire, souligne Mme Marcotte. L’idée lancée, il s’agira pour les deux complices de prendre le pouls des résidents et commerçants du secteur autour de cette idée, de développer des partenariats avec des organismes locaux et d’étudier également la réglementation pour trouver un site propice à l’organisation de l’événement qu’on espère hebdomadaire ou bihebdomadaire. Parc Ferland? Parc Sylvain-Lelièvre? Parc Cartier-Brébeuf? Parvis de l’École de cirque de Québec? Pour l’instant, toutes les idées sont sur la table, sachant très bien qu’une telle activité est fortement encadrée par la loi.

Pour l’instant, on est en mode construction, dialogue. On aimerait savoir ce que les gens aimeraient trouver dans un marché public : des fruits, des légumes et d’autres produits? Des fleurs? Aimeraient-ils que les commerçants locaux y aient également pignon sur rue? », indique Jeanne Marcotte.

Une fois les besoins ficelés, les contraintes surmontées, restera aussi à valider l’intérêt de la proposition avec les producteurs agricoles.

Il faut dire qu’ils sont beaucoup sollicités. Il y a des marchés publics qui fonctionnent très bien à Sainte-Foy, Deschambault ou évidemment le Vieux-Port. Il faudra voir quels marchands on veut cibler là-dedans. Et s’assurer également qu’on n’entre pas en compétition avec les autres marchés publics! ».

Selon elle, des initiatives comme celle de Saint-Sauveur pourraient plutôt être envisagées comme des alliés dans le développement de l’offre maraîchère au centre-ville. « Chose certaine, on veut bâtir un marché qui reflétera les priorités des gens du quartier », ajoute-t-elle.Les citoyens de Limoilou sont d’ailleurs conviés à les contacter directement, par courriel à marchelimoilou@gmail.com. Question de savoir si le projet est apprécié. Et question, également, de s’assurer de la présence d’appuis des citoyens, commerçants et acteurs locaux dans les démarches qui mèneront, éventuellement, à la mise en place du marché. « Et même si le projet est embryonnaire, nous souhaitons tout de même démontrer que nous allons vraiment faire les démarches afin de le mener à bien. »Vous voulez participer à cette séance de brassage d’idées collectives? Vous représentez un organisme, vous êtes un commerçant ou un citoyen engagé dans la vie de votre quartier? Faites-nous parvenir vos idées à info@monlimoilou.com, commentez nos billets ou surveillez le blogue pour d’autres idées!