S’inspirer d’ailleurs: le tramway, cet incontournable (1)

Montpellier - Gare St-Roch
Montpellier – Gare St-Roch : là où toutes les lignes se rencontrent
En voyage dans les contrées européennes, on est à chaque fois frappé par l’excellence des services de transport collectif, autant à l’intérieur des villes que pour les services interurbains. En France, en plus du TGV qui étend son réseau aux quatre coins du pays, le tramway – appelé « tram » par les Français – est de plus en plus en vogue. Lors de mon plus récent séjour en France, j’ai été témoin de l’expansion des services de tramways dans diverses villes de France; souvent des cités de taille intermédiaire.Depuis l’année 2000, plus de 18 villes françaises se sont dotées d’un tramway pour faciliter les transport collectifs dans leurs villes et structurer les axes de développement en fonction de l’implantation des ces lignes de « tram ». Quiconque a effectué un trajet dans le wagon d’un de ces tramways nouvelle vague sait à quel point ce mode de transport est impressionnant: silencieux, rapide, confortable et parfois même beau! L’élégance de celui de Reims (le devant du train de tête épouse la forme du haut d’une coupe de champagne, en honneur à la région du même nom) et de Montpellier (dont certains wagons ont été désignés par le célèbre couturier Christian Lacroix) est à voir.Pour Québec, le tramway apparaît à tous égards comme l’option à privilégier. Pourtant, certaines voix très audibles – malgré qu’elles prétendent ne pas l’être (…) – continuent d’afficher ouvertement leur opposition au projet de tramway prévu par le Plan de mobilité durable de la ville (notons que ces mêmes voix s’opposent globalement à tout investissement supplémentaire dans le transport en commun…). Un des arguments les plus souvent entendus est à l’effet que Québec n’est pas comparable aux villes européennes, autant en terme de dimension que de densité. Pourtant, les chiffres leur donnent tort.  Prenons quelques exemples aperçus récemment lors de mon voyage.

Publicité

Reims

  • Population de la ville : 179 992 hab.
  • Densité de population de la ville-centre : 3828 hab./km²
  • Population de l’agglomération : 314 201 hab.

Saint-étienne

  • Ville : 171 260 hab.
  • Densité : 2142 hab./km²
  • Agglomération : 506 555 hab.

Besançon

Besancon(Lignes en construction)

  • Ville : 116 914 hab.
  • Densité : 1797 hab./km²
  • Agglomération : 238 432 hab.

Montpellier

  • Ville : 257 351 hab.
  • Densité : 4524 hab./km²
  • Agglomération : 542 867 hab.

Si l’exercice vous intéresse, allez voir toutes les villes françaises s’étant dotées d’un tramway et comparez avec leur population.Pour Québec, à des fins de comparaison avec les villes françaises, on doit utiliser les données de la « ville-centre », car les villes françaises n’ont pas été fusionnées avec leurs proches banlieues comme ce fut le cas ici.

  • Population de l’ancienne ville-centre (La Cité-Limoilou et Les Rivières) : 167  755 hab. (2006),estimée à 176 142 hab. pour 2011
  • Densité : 2369 hab./km² [chiffres de 2006], que l’on peut estimer à 2487 hab./km² pour 2011
  • Ville de Québec : 516 622 hab.
  • Région métropolitaine (incluant la Rive-Sud, puisque le tracé suggéré se rendrait à Lévis) : 765 706 hab.

Bref, la région et la ville de Québec  ont amplement la capacité de faire « vivre » un tramway, sachant que ces investissements collectifs, en plus de leurs impacts bénéfiques pour l’environnement et le développement de la ville et de la région, serviraient à la mobilité de tout le monde , incluant les automobilistes…À suivre demain : les impacts potentiels de l’arrivée du tramway pour Limoilou.