La Planque : le secret le moins bien gardé de Limoilou

Frédéric Samson-Girard, l'un des trois copropriétaires d'une Planque qui ne porte peut-être pas si bien son nom...
Avec une salle à manger remplie quotidiennement à pleine capacité depuis son ouverture le 23 novembre 2012, c'est à se demander si La Planque a si bien choisi son nom que ça. Certes, la vitrine refuse encore d'afficher trop de signes… ostentatoires de sa présence, si ce n'est qu'on y remarque l'ajout récent du nom du restaurant. Reste qu'il est difficile de se cacher dans un lieu fréquenté par tous les curieux de la région.Encore que, on dira que la cachette relève plus de la décision des trois propriétaires, Guillaume St-Pierre (ci- contre, en compagnie de Kevin, sous-chef), Laurence Tremblay-Vachon et Frédéric Samson-Girard, d'ouvrir un restaurant en marge des circuits habituels. Mais non seulement on descend désormais de Lévis pour s'amener dans un quartier qu'on avoue n'avoir jamais visité auparavant, mais avec la récente nomination de La Planque au concours des meilleurs nouveaux restaurants canadiens organisé par le magazine En Route d'Air Canada, le secret déjà pas si bien gardé que ça risque de devenir international.Mais c'est bien, non, de participer ainsi à l'ouverture de Limoilou sur le monde? «Limoilou s'ouvre et se renouvelle d'elle-même», me reprend Laurence Tremblay-Vachon, qui considère que l'idée de départ, celle d'être avant tout un restaurant de quartier, n'a pas changé. D'ailleurs, le personnel de La Planque s'y implique autant que possible, ne serait-ce qu'en intégrant à son menu des produits de commerçants du secteur, dont la Boîte à pain et Yannick Fromagerie.L'idée d'origine a donc résisté à la réalité, mais Laurence Tremblay-Vachon (ci-dessous) avoue, en dépit du cliché que ça représente, qu'un tel succès est une surprise. «Nous, on se disait en ouvrant que dans deux ans, on aurait un boom avec le Colisée.» Notoriété précoce et fulgurante, donc, mais à laquelle ils ont fait face sans trop d'appréhensions. «On était prêts, mais Guillaume a commencé avec un menu safe au début. Il a pris des gallons depuis. Il s'est familiarisé avec l'environnement», explique mon interlocuteur, qui lève au passage son chapeau à l'ensemble du personnel.Si bien que, presque un an plus tard, la carte a connu au moins une dizaine de renouvellements. Même chose pour la carte des cocktails, qui ajoute d'ailleurs ces jours-ci des drinks pour femmes enceintes, baby-boom oblige. Geste inclusif qui n'a rien d'étonnant sachant que ce qu'ils veulent dans leur restaurant, c'est «que les gens soient à l'aise».Les plats simplement gastronomiques, les vins qu'on vous agence avec perspicacité, la cuisine à aire ouverte pour les voyeurs, la déco ouvrier chic, un service qui porte bien son nom… Mettons qu'on serait égoïstes de vouloir garder La Planque juste pour nous.Pour voter: http://eatandvote.com/fr. Un vote par jour est accepté. Le concours se termine le 30 septembre. Parmi le public participant, un tirage au sort aura lieu pour remporter un séjour à Toronto afin d'assister au cocktail du Meilleur nouveau resto canadien.