Première course urbaine dans Limoilou

Pour la première édition de la Course La Cité-Limoilou, les organisateurs n'auraient pas pu mieux demander: une météo estivale, un événement complet (les inscriptions étaient fermées), une ambiance festive et bon enfant et un parcours urbain agréable. Bref, tous les ingrédients étaient au rendez-vous pour assurer une réussite à cet événement qui a fait vibrer le coeur du Vieux-Limoilou. Dès les premières heures de la matinée, les coureurs - et ceux qui les accompagnaient - ont commencé à affluer vers l'école Saint-Fidèle pour le départ de la première course de la journée, le 5 km. L'affluence s'est faite plus grande au fur et à mesure en vue de la tenue de la course la plus longue - et la plus populaire - de la journée: le 10 km.Lors de cet événement, on a pu voir les différents niveaux de participants qui couraient ce 10 km. Les 5-6 premiers y allaient pour la première place et le temps plus rapide; un autre contingent suivait pour réaliser son meilleur temps personnel pendant qu'une autre partie de la clientèle visait uniquement à se dépasser et à compléter le 10 km. Une partie de la faune limouloise était d'ailleurs au rendez-vous: on a vu parmi les participants un blogueur de Monlimoilou.com, le créateur de Baltrakon et un certain chroniqueur au Devoir (qui a d'ailleurs remporté le 5 km). Bref, l'occasion était bonne de voir les rues du quartier sous un nouvel angle et sous les applaudissements de parents et amis. Au 10 km, Yohann Foucauld l'a emporté chez les hommes et Audrey Grenier chez les femmes. Tous les résultats sont ici.Après le 10 km, tous les yeux étaient rivés sur la course du 1 km pour les enfants. Le départ fut légèrement chaotique, mais le plaisir fut au rendez-vous. À ce titre, la foule semblait particulièrement nombreuse pour une première édition et, belle température aidant, les sourires étaient nombreux. Au bilan de la journée, plus de 700 participants ont découvert cette course «urbaine» et nul doute que les organisateurs - dont la SDC 3e Avenue - sortent satisfaits de l'aventure. Seul petit hic, une partie de la 3e Avenue et de la 2e Avenue demeurait ouverte aux voitures (dans un sens), ce qui laissait les coureurs avoir le plaisir de respirer l'air des pots d'échappement tout en courant. D'ailleurs, certaines voitures ont même tourné sur le parcours pendant la course... Sachant que l'animateur n'a cessé de répéter que la course visait à inculquer de saines habitudes de vie, serait-ce si difficile de bloquer complètement la 2e et la 3e Avenue pendant quelques heures? À revoir pour - on l'espère - la prochaine édition en 2014.

Publicité