Priorité à la sécurité des voitures

Dans un communiqué de presse de la Ville de Québec du 21 janvier dernier, nous pouvions lire que la Ville a enfin trouvé une solution au problème de circulation qui se trouve à l’intersection de la 1re Avenue et de la 41e rue.Voici ce qu’on peut apprendre dans le communiqué.

  • Les changements permettront aux automobilistes d’effectuer tous les mouvements de façon protégée.
  • Le temps de lumière verte sera allongé pour toutes les approches du carrefour.
  • Les piétons bénéficieront du temps nécessaire pour traverser.
  • Les piétons devront faire un segment à la fois, la traverse en diagonale ne sera plus possible.
  • Il n’y aura plus de phase exclusive pour les piétons.
  • L’autorisation de tourner à droite pour les automobiles sera suspendue définitivement.

La Ville affirme que cette intersection est primordiale pour les piétons en raison de la présence de nombreuses personnes âgées et personnes non voyantes, mais annonce que l’automobile sera désormais mieux protégée, et cela, au détriment des piétons. Il est pourtant possible d’agir autrement. D’ailleurs, c’est ce qui est en application pratiquement partout à Montréal, tout près de chez nous. Québec aurait peut-être avantage à en prendre conscience.Dans cette logique, les passages piétons avec boutons sont fortement déconseillés. En fait, c’est le pire ennemi du piéton. Il crée un  sentiment de protection alors qu'il n’existe pas réellement, en plus de tous nous ralentir considérablement. Il est beaucoup plus simple de permettre au piéton de passer sur un feu de circulation vert, tout comme les automobilistes. À Montréal, une flèche verte indique à l’automobiliste qu’il peut d’abord aller en ligne droite, et ensuite, un rond vert lui indique qu’il peut tourner à droite.En conséquence, le piéton est mieux protégé et il n’a pas à attendre un cycle complet avant de pouvoir traverser, accélérant son débit de marche, réduisant les interruptions sur son chemin et encourageant son mode de déplacement actif. En supplément, cela force tout le monde à prendre conscience de l’autre et de ne pas croire que l’on est protégé contre toute éventualité à tout moment. On rend ainsi tout le monde plus prudent et on encourage le contact visuel entre ces deux modes de déplacement.Finalement, je crois que la Ville s’attaque aux conséquences du problème plutôt qu’à ses causes. Entrées et sorties d’autoroutes, Parc-o-bus, parcours 801, deux pharmacies, centre d’achats. Tout cela séparé par une seule intersection. Comment permettre cette multiplication de possibilités et combiner la traverse sécuritaire des piétons? La Ville nous rassure : «Une présence policière sera assurée durant la mise en service des nouveaux cycles de feux de circulation.»Je vois, dans ce besoin de faire intervenir des policiers pour nous éduquer sur la conduite à prendre pour traverser une intersection, une déficience dans la sécurité primaire du système établi.Notons en terminant que depuis la rédaction de ce billet, Tranports Accès Viables a émis aussi un communiqué très intéressant qui aborde le même sujet : Feux de circulation à Québec : les piétons largement défavorisés.