Des réfugiés déracinés des camps

Source : Le Devoir, Isabelle Porter (dossier), 18 février 2013Depuis 2009, Québec est la ville qui a accueilli le plus gros contingent de réfugiés népalais au Canada, soit plus de 1000 personnes. Malgré leur volonté de réussir, ces réfugiés éprouvent des difficultés d’adaptation majeures. En fait-on assez pour les aider ? (…)Les Népalais qui se sont installés au Canada viennent du Bhoutan, pays célèbre pour avoir créé un « indice de bonheur national brut » comme solution de rechange à la logique du capitalisme. Établies dans le sud du pays, leurs familles étaient venues du Népal pour cultiver les terres agricoles.Or à partir de la fin des années 1980, on ne voulait plus d’eux. Le royaume les a exclus parce qu’ils ne parlaient pas la langue officielle du pays et pratiquaient l’hindouisme plutôt que le bouddhisme. (…)Les Népalais qui sont venus à Québec sont concentrés dans certains secteurs de Vanier et de Limoilou. (…)[ Lire la suite. À lire aussi : Quel avenir pour les 1000 Népalais de Québec? et Ville de Québec – Lacunes et confusion dans l’accueil des réfugiés (Isabelle Porter). ]

Publicité