Trois comités pour évaluer la pollution issue du Port de Québec

Source : Le Soleil, Annie Morin, 8 mai 2013 (…) Il y a bien sûr le comité de vigilance sur les activités portuaires, dont la composition a été précisée mardi. Son mandat est d’examiner les impacts environnementaux et sanitaires des activités portuaires à Québec. (…)Il faut ajouter le comité intersectoriel sur la contamination environnementale dans La Cité-Limoilou. Mis sur pied par la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (DRSP) au début d’avril, ce comité s’attarde d’abord à la poussière de nickel brassée au port, mais d’autres sources de contamination pourront être discutées ultérieurement. (…)L’Administration portuaire de Québec (APQ) possède également son propre comité de relations avec la communauté. (…)Véronique Lalande, la citoyenne qui a sonné l’alarme après l’épisode de poussière rouge et encore sur le nickel, craint pour sa part des dédoublements et des omissions. «Il y a beaucoup de comités, là. Sans vouloir faire de jeu de mots, il faut arrimer tout ça», dit-elle, toujours en attente des «impacts physiques» des mesures annoncées par Arrimage Québec.Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, siège à tous les comités. (…)[ Lire la suite. Aussi : Comité vigilance port de Québec. ]