Assemblée publique sur les émissions de poussières toxiques

Le 16 octobre prochain, dès 19h au Centre Horizon (801, 4e Rue), le député de Beauport-Limoilou Raymond Côté invite les gens de Québec à participer à une assemblée publique au sujet des émissions de poussières toxiques dans la région.

Pourquoi organiser cette activité?

Deux ans après l’événement de poussière rouge, la situation semble avoir peu changé en termes de contamination dans le Vieux-Limoilou. De plus, autant l’administration portuaire, Arrimage Québec, que le gouvernement du Canada refusent d’assumer complètement la responsabilité de ce problème de contamination de l’air. L’opacité maintenue sur cette question garde la population dans l’anxiété. Il est incompréhensible de prétendre avoir amélioré la situation alors que les gens constatent au quotidien que leur environnement est souillé par des rejets des opérations portuaires», explique le député à Monlimoilou.com.

Afin de présenter au public présent un portrait de la situation, M. Côté sera accompagné pour l’occasion de Véronique Lalande, de l’Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec, ainsi que d’André Belisle, président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA). La soirée prendra, dans un premier temps, les allures d’une table ronde; par la suite, les citoyens seront appelés à faire connaître leurs questions, inquiétudes ou témoignages.

Le premier objectif est de briser l’isolement que bien des gens peuvent ressentir face à ce problème. Ils ont aussi besoin de savoir ce qui arrive chez eux. De plus, il est sain que les gens puissent exprimer leurs craintes, leurs interrogations et leurs commentaires au sujet de ce problème. Les témoignages exprimés sont aussi importants», poursuit M. Côté.

Les gens pourront ainsi prendre connaissance des actions accomplies par les différents intervenants au cours des deux dernières années. Leur présence enverra également le message que la question continue d'être d'actualité alors que nombre de citoyens s'en disent toujours préoccupés. «Toutes les organisations impliquées dans cette affaire semblent de bonne volonté, mais très peu de responsabilités semblent assumées. Le flou dans le suivi de la contamination et l’absence de conséquences aux infractions commises ou alléguées est aussi un problème puisque cela mine la confiance du public», ajoute le député néo-démocrate.L’entrée à l’activité est libre. Si les lecteurs le souhaitent, ils peuvent également confirmer leur présence au 418 663-2113 ou à Raymond.Cote@parl.gc.ca.

Publicité