Cohabitation auto-vélo : les leçons d'Amsterdam

Source : La Presse, Vincent Brousseau-Pouliot, 11 mai 2014 (...) La Mecque mondiale du vélo urbain, Amsterdam s'y connaît en matière de sécurité des cyclistes. Certaines de ses solutions sont exportables, d'autres moins. «La sécurité provient du nombre. Plus il y a de cyclistes, plus on porte attention aux infrastructures, et la clé est la sécurité des infrastructures», dit Gerrit Faber, employé de Fietserbond, l'équivalent de Vélo Québec aux Pays-Bas. «Ça prend quelques décennies pour rebâtir les infrastructures d'une ville», dit Marjolein de Lange, membre du C.A. de Fietserbond et consultante en cyclisme. Bilan en 10 temps d'une première de classe déterminée à toujours s'améliorer. (...)8. Pas de casque obligatoireNe parlez pas de rendre le casque de vélo obligatoire aux gens de Fietserbond. «Ça ne fait pas partie de notre culture, dit Gerrit Faber, de l'organisme Fietserbond. Si on forçait les gens à porter un casque, 30 % des cyclistes d'Amsterdam cesseraient de prendre leur vélo. Le casque envoie le message que le vélo n'est pas sécuritaire. Les seules personnes qui portent un casque en vélo à Amsterdam sont les touristes et les expatriés. Les gens d'ici trouvent ça drôle...» (...)[ Tout l'article. À lire aussi : Une promotion du vélo pour une élite ? ]