Élections scolaires district 8: portrait de Marina Cabrera

Dans le cadre des élections scolaires qui auront lieu le 2 novembre prochain, Monlimoilou.com a fait parvenir un questionnaire à tous les candidats se présentant dans les deux districts de Limoilou. Voici les réponses de Marina Cabrera, candidate dans le district 8 (Vieux-Limoilou/Lairet).

Marina-cabreraPourquoi vous présentez-vous comme candidate aux élections scolaires?

Pour une raison très simple, je suis maman de quatre enfants, je me suis toujours dit que l'on ne peut pas changer l'histoire ni le passé, mais on peut construire le futur et ça commence par l'éducation.

Les élections scolaires sont remises en question par de nombreuses personnes et le ministre Yves Bolduc a lui-même dit qu’il s’agissait d’une forme de test. Pourquoi les élections scolaires sont-elles utiles?

Souvent, on pense que nos enfants nous appartiennent, mais la vérité, c'est que les enfants sont le futur de toute notre société. On doit donc donner plus de ressources au secteur de l'éducation, offrir des conditions d'éducation plus appropriées, pour qu'on puisse améliorer le futur de nos enfants, de la société entière. Et tout ceci dans un contexte démocratique pour mieux former nos citoyens de demain. Il faut créer un impact mesurable pour favoriser une main-d’œuvre plus riche en connaissances, plus spécialisée et avec un meilleur avenir en emploi, ce qui apportera des retombées économiques positives pour la société. Les élections scolaires, c'est un pas vital pour le développement démocratique de notre société.

La Commission scolaire a fait face à d’importantes compressions budgétaires dans les dernières années et a dû présenter des budgets déficitaires. Selon vous, est-il encore possible de couper sans comprimer les services aux élèves?

Le contexte budgétaire du secteur de l'éducation nous confronte, en tant que société, à la qualité et à la quantité de services. Le fait que nos élèves n'auront pas suffisamment accès à certains services et qu'ils n'auront pas non plus les outils et le personnel de soutien nécessaires, c'est pour moi un problème prioritaire que l'on doit régler en offrant plus de ressources. Il faut pour cela donner plus d'autonomie budgétaire aux commissions et les soutenir dans la création de nouvelles sources de revenus, comme la vente de services de formation à l'international. Soulignons par exemple l'implantation dans plusieurs pays du monde du modèle québécois de formation au cégep, il y a quelques années.

Les élections scolaires servent à élire des dirigeants et des administrateurs, mais aussi des personnes qui ont des valeurs précises. Quelles sont les valeurs et le projet éducatif que vous préconisez pour la Commission scolaire de la Capitale?

Je suis pour le développement des ressources et pour plus d'autonomie pour les commissions scolaires, pour qu'elles puissent continuer à fournir des services éducatifs de qualité.

Pouvez-vous nous résumer votre opinion du système d’éducation public au Québec et, plus précisément, des écoles publiques de Limoilou?

Mes enfants ont bénéficié du système éducatif public et j'habite en face d'une école de Limoilou. De tout mon cœur, je n'ai qu'à remercier l'énorme travail du personnel enseignant et administratif, je l'ai vécu et je le vois tous les jours. Avec des ressources vraiment restreintes, ces admirables travailleurs du secteur de l'éducation mettent leur cœur au service de nos enfants pour qu'ils aient tous, sans différence quelconque, accès à une éducation de qualité dans un contexte humain. Le secteur de l'éducation a besoin de l'appui et la présence de la communauté plus que jamais.

Publicité

L’ancienne école Stadacona appartient toujours à la Commission scolaire de la Capitale et n’a pas été vendue à ce jour. Que souhaitez-vous pour cette ancienne école?

Limoilou, c'est un poumon artistique de la ville, c'est un peu l'essence de ce secteur de la ville qui s'est développé à travers les années (avec l'École de cirque par exemple). Dans un contexte de projection de cette partie de l'esprit communautaire, il serait bon de mettre en fonction l'école Stadacona qui pourrait offrir un espace pour rapprocher la communauté des services de la Commission scolaire.