En ville sans mon stationnement

Pour sa 3e édition, le Park(ing) Day se déplaçait pour la première fois sur la 3e Avenue, prenant place sur des espaces de stationnement sur rue, le temps de démontrer, de manière imagée, les différentes façons de réinventer le stationnement et l'espace public.En plus de deux stations près du piano public (Limoilou dans la rue), trois autres stations animaient la 3e Avenue. Organisé par Accès Transports Viables, l'événement a attiré sa part de curieux, particulièrement au Bal du Lézard. En effet, le 5 à 7 animé du Bal était rehaussé par la présence de deux groupes musicaux prenant place sur une plate-forme située sur l'espace de stationnement tout juste devant. Avec les blés d'Inde offerts, les passants ne se faisaient pas prier pour s'arrêter un peu et profiter de la superbe terrasse. Sans être le plus original, il remporte certainement mon prix du «stationnement» le plus populaire.Tout près, l'artiste-peintre Jocelyne Barnabé demandait aux passants de lui écrire un petit mot sur la vie,  selon l’inspiration du moment, qu'elle relierait ensuite à diverses peintures qu'elle a déjà réalisées. Les mots et les peintures seront en exposition dans les prochains jours à son atelier de la 13e Rue. De l'autre côté de la 3e Avenue, La Folle Fourchette animait aussi la rue, avec jeux, échecs, poches, craies, thé et autres. Aussi, dans une lignée ludique, le Théâtre tout en carton musical prenait place près du piano public pour offrir marionnettes et musique douce aux passants. Lors de mon passage près du piano, le yoga était terminé, mais le personnel d'ÔmYoga Limoilou commençait à sortir les jeux de l'École de cirque de Québec, ce qui n'a pas manqué de plaire aux enfants qui circulaient. Le vélo à smoothies était aussi fort populaire.Bref, une belle réussite pour une première présence dans le quartier, même si on aurait pu souhaiter une plus grande participation populaire et, surtout, un peu plus de respect de certains automobilistes. En effet, pour le temps où je suis resté, deux chauffeurs ont accéléré bruyamment près des installations du Park(ing) Day. Comme quoi le sens de réinventer la rue n'est pas le même pour tous...