Jaser le Vieux-Limoilou

Le projet Jaser ma communauté, bouger mon quartier de l’ATI de Limoilou, c'est quatre soirées citoyennes où les Limoulois ont partagé leurs perceptions sur leur quartier - Lairet (18 mars), Vieux-Limoilou (20 et 22 mai) et Maizerets (27 mai). À l’aide d'un questionnaire conçu par le chercheur Réal Boisvert, les citoyens étaient invités à cibler les forces et défis de leur quartier. Quarante énoncés y étaient proposés, répartis en cinq thèmes: les gens du quartier, les services et activités, l’environnement, la dimension collective et l’aspect économique.Je vous propose aujourd'hui un compte-rendu de la rencontre du Vieux-Limoilou, où 27 citoyens ont répondu à l'appel. Les deux soirées étaient animées par Isabelle Mercure, coordinatrice de l’ATI, et Denis Bergeron, conseiller en consultations publiques de la Ville de Québec.

Les forces du Vieux-Limoilou...

  • Les gens aiment vivre dans le quartier
  • Le transport en commun
  • La proximité des services commerciaux
  • L’aménagement des espaces publics
  • Les bonnes relations de voisinage
  • Quartier accueillant
  • La diversité des organismes dans le quartier
  • La diversité des activités sportives, culturelles et de loisirs

… et les défis

  • Peu attention à l’environnement
  • Beaucoup d’écarts de revenus et d’éducation
  • Peu de fréquentation des bibliothèques publiques
  • Peu d’intégration des personnes immigrantes
  • Peu d’accès à de la nourriture variée, de qualité et à prix raisonnable
  • Peu d’emplois diversifiés et de qualité
  • Peu de préoccupations des aînés et des personnes vivant seules

Un fort sentiment d'appartenance

Les discussions se rejoignaient beaucoup d’une soirée à l’autre. Chose certaine, les habitants sont très fiers de leur quartier et leur sentiment d’appartenance est très fort!

On sent ce sentiment d’appartenance, comme si c’était un village. C’est une communauté très différente des autres quartiers. […] Beaucoup de gens y demeurent depuis longtemps. Quand on arrive de l’extérieur, par la transmission de l’histoire, on s’approprie vite le quartier», a lancé un citoyen.

Un quartier inégal

On l'a vu dans la liste plus haut, les gens aiment le Vieux-Limoilou pour ses espaces verts, la proximité et la diversité des services commerciaux, une offre alimentaire de qualité en émergence, un réseau de transport bien développé, etc.Cependant, les participants évoquent un décalage entre le cœur du Vieux-Limoilou (symbolisé surtout par la 3e Avenue) et la périphérie: les entrées du quartier sont peu accueillantes, notamment le terrain vague au bas de la 3e Avenue et le secteur du Colisée, peu de services de proximité ou d'activités sont offerts en dehors de la 3e Avenue.La mixité sociale, économique et culturelle est également un enjeu du quartier. Même si les gens sont fiers de cette mixité, il s’agit davantage de cohabitation où les gens ne se mélangent pas nécessairement, selon certains participants.

Les immigrants ne sont pas toujours impliqués, il y a une certaine indifférence envers les personnes marginalisées.  [...] Et qu’on le veuille ou non, le quartier se gentrifie. Les nouveaux services comme les épiceries fines, les magasins bio ne sont pas à la portée de tous.»

L'environnement

Le quartier est plus sale qu’avant. J’ai l’impression que les gens étaient plus préoccupés avant et il y a un laisser-aller de la municipalité», indique une citoyenne.

Publicité

Pour pallier les défis, les participants proposent entre autres de développer et dynamiser la périphérie du quartier, notamment avec plus d’arbres et de verdure et un meilleur entretien des bâtiments.Il y a également tout un travail à mener pour sensibilises les citoyens à l’environnement: éducation populaire, bacs de recyclage, corvées de nettoyage collectives, mesures dissuasives, etc.Par ailleurs, les participants proposent d’organiser des fêtes de quartier culturelles pour favoriser les rencontres avec les immigrants, de renforcer la législation sur les logements locatifs pour maintenir l’accès au logement des plus démunis et de mettre en place un marché public avec des fruits et légumes de qualité à un faible coût.La suite demain avec le compte-rendu de la rencontre dans Maizerets.