Le Port de Québec continue de susciter colère et inquiétudes à Limoilou

Véronique Lalande, Raymond Côté et André Belisle
Véronique Lalande, Raymond Côté et André Belisle lors de l’assemblée hier soir au Centre Horizon.
Ce jeudi avait lieu une rencontre d’information sur les émissions de poussières toxiques, à l’initiative du député fédéral Raymond Côté. C’est plus de 100 personnes qui ont assisté, dans le plus grand calme, à cette assemblée au Centre Horizon, présidée par M. Côté lui même, entouré de Véronique Lalande (ICVP) et André Belisle, (AQLPA)._DSC1893-mlLa première partie de la soirée, qui débutait à 19 h, a permis aux intervenants de dresser un portrait des actions menées au cours des deux dernières années. Véronique Lalande, après être revenue sur les raisons qui l’ont poussé à fonder l’Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec, en a profité pour rappeler que le problème des émanations toxiques du port n’était toujours pas réglé, malgré l’installation de canons à eau «inefficaces», et que la mobilisation de tous était toujours nécessaire:

Des employés du port, fatigués de l’image ternie de leur employeur,  nous ont confié que chaque action de mobilisation citoyenne a un impact à l’interne. Depuis un an, ils ont vu défiler plusieurs hauts dirigeants dans l’entreprise suite aux articles parus dans les médias, ce qui n’avait jamais été vu auparavant.»

Mme Lalande a continué en indiquant qu’il était toujours nécessaire d’exiger des analyses complètes de la qualité de l’air, notamment dans la basse-ville, puisque «à l’heure actuelle, nous ne savons toujours pas précisément ce qui nous tombe sur la tête.»Raymond Côté, qui a justifié la tenue de cette assemblée par un flot continu de résidents inquiets à son bureau depuis l’été, a pour sa part résumé ses actions à Ottawa depuis plus d’un an, avec notamment 15 interventions en chambre, le dépôt d’une pétition, ainsi que le dépôt d’un projet de loi. «Le gouvernement fédéral actuel refuse toute responsabilité quant aux 18 administrations portuaires canadiennes, et cela, c’est inacceptable.»André Belisle, membre fondateur de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, a pour sa part  souligné le travail colossal effectué par Véronique Lalande depuis deux ans, sous les applaudissements du public. Il accuse le port de Québec de «rire du monde», quand il prétend répondre aux règlements environnementaux fédéraux. «Oui, c’est David contre Goliath, mais rappelez vous dans l’histoire, c’est David qui gagne!» a t-il conclu.

Plusieurs intervenants absents

_DSC2000-mlLes citoyens ont déploré l’absence de plusieurs intervenants majeurs, notamment des représentants du port et de la Direction de la Santé Publique, qui ont refusé l’invitation lancée par M. Côté il y a quelques semaines.Mme Lalande en a profité pour déplorer le manque de transparence de la Direction de la Santé publique:

Je suis déçue de la non-action de la Direction de la Santé Publique, qui refuse de rencontrer les citoyens. La population n’a pas besoin d’être rassurée, mais informée. Le port de Québec a les moyens financiers de se défendre face aux réglementations environnementales, la Direction de la Santé publique est la seule à avoir un joker en main pour régler le dossier.»

«Le port de Québec se distingue par son attitude agressive et compétitive, selon les dires des autres ports canadiens qui eux aussi vivent des problèmes avec le milieu. Il est difficile de dialoguer avec le port depuis plusieurs mois maintenant » s’est indigné M. Côté.

Appel au boycott de la journée portes ouvertes au port ce dimanche

_DSC1920-mlPour la deuxième fois cette année, le Port de Québec invite les résidents à «une journée festive» de visite de ses installations ce dimanche dès 9 h 30, qualifiée de «poudre aux yeux» par plusieurs personnes dans la salle. Une maman indignée a invité les familles du secteur à se présenter sur place en maquillant le visage de leurs enfants en rouge, alors qu’un autre propose au public de se présenter avec un masque à poussière sur le visage.«Nous sommes face à un sentiment d’impuissance citoyenne. Il est grand temps d’attaquer l’image internationale du Port» a conclu un citoyen visiblement révolté.