Le Pub L'autre Zone dérange plusieurs résidents de Limoilou

Source : Le Soleil, Jean-François Néron, 27 janvier 2014 La cohabitation est difficile entre le Pub L'autre Zone et son voisinage. Depuis 2010 seulement, la police a répondu à des dizaines de plaintes de citoyens pour du bruit excessif, des bagarres, des attroupements et des personnes intoxiquées liés aux activités de l'établissement de la 3e Avenue. Des résidents songent à déménager, d'autres l'auraient déjà fait. Le proprio se défend et soutient avoir fait beaucoup pour atténuer les irritants. Un avis que ne partage pas la Régie des alcools.François Jacques habite depuis 2004 à moins de 25 mètres - selon Google Maps - du commerce critiqué. Comme au moins une dizaine d'autres personnes du secteur, il est excédé par la musique trop forte, les engueulades à l'extérieur, les hurlements et les crissements de pneus. (...)Appelée à témoigner, la conseillère municipale dans Limoilou, Suzanne Verreault, est au fait du dossier. «Il y a une problématique, admet-elle. Les gens m'en parlent, mais on n'a pas le pouvoir de faire fermer un bar», lance-t-elle.En août 2009, un comité de citoyens était formé pour faire le suivi sur le tapage nocturne généré par le bar. (...)Le propriétaire veut «une bonne harmonie»Le propriétaire de L'autre Zone considère avoir fait beaucoup au cours des années pour se conformer aux exigences du voisinage. Pour témoigner de sa bonne foi, il est prêt à s'engager auprès de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) pour réduire davantage le bruit et cesser ses promotions sur l'alcool. (...)«Insouciance et ignorance»La procureure de la Régie des alcools réclame une suspension de 35 jours des permis d'alcool du Pub L'autre Zone pour les infractions qui lui sont reprochées. Me Andréanne Tremblay a tenu des propos sévères sur l'inaction du propriétaire, Daniel Cantin. Elle a d'ailleurs amorcé sa plaidoirie en rappelant le passé trouble du bar. (...)Le Red Lounge et le Dagobert aussi dans la mireD'autres bars de la capitale soulèvent le mécontentement citoyen et font l'objet d'une surveillance policière étroite. Le Dagobert sur la Grande Allée et le Red Lounge, à l'intersection de la 4e Avenue et de la 17e Rue, en font partie.[ Lire la suite ]