Les cadenas de l’amour dans Limoilou

Le pont des Arts, désormais rebaptisé le pont des Amours, à Paris.

Lors de mon dernier voyage, j’ai choisi de passer par Paris. En fouillant parmi les activités incontournables proposées par le Guide du routard, on retrouve le pont des Arts, aussi appelé le pont des Amours. Ce pont piéton, qui relie les deux rives de la Seine à la hauteur du Musée du Louvre, a un petit quelque chose de spécial, quelque 40 000 cadenas exposés sur le treillis de chaque côté du pont.

Leur présence est due à un rituel bien simple. Les couples souhaitant sceller leur amour y accrochent un cadenas sur lequel sont inscrits leurs noms, et jettent la clé par-dessus bord.

Par contre, au-delà de leur aspect brillant, on peut se demander si les cadenas ont une réelle beauté – ne polluent-ils pas visuellement, plutôt, chacun des endroits, souvent magnifiques, où ils se trouvent? Il me semble qu’en plus de leur apparence plutôt hideuse, ils créent de véritables murs qui bloquent la vue que donnaient auparavant les grillages. Et puis, avec le nombre croissant de cadenas tous les jours, ce qui devait arriver arriva. Le 8 juin dernier, sous le poids accablant de tous ces cadenas, un panneau du pont des Arts est tombé dans l’eau de la Seine, ce qui heureusement ne fit aucun blessé.

Mais d’où vient cette mode?

Selon certains, elle serait apparue après la parution du film italien de Federico Moccia, J’ai envie de toi, en 2007. Au départ, cela avait son charme mais, si l’on se fie à la multiplication de pétitions pour retirer tous ces cadenas, cette mode fait désormais suer une bonne partie des Parisiens.

Aujourd’hui, ce n’est pas moins de 14 ponts parisiens qui sont envahis par les cadenas et cette mode ne s’arrête pas à la capitale française, comme j’ai pu le constater au cours de ce même voyage. Pire encore, que vois-je à mon retour? Que ce fléau a même atteint Limoilou, sur le pont Drouin plus précisément.

Que pensez-vous de cette initiative? Québec devrait-elle prendre part à ce mouvement? Pour ma part, je préfère de loin continuer à voir la rivière à travers le grillage. Et si le désir d’immortaliser votre passage vous prend, pourquoi ne pas simplement le faire avec une photo, ou encore avec un service de localisation comme Instagram, Foursquare ou autre? Sinon, je lance un appel aux programmeurs: il s’en trouvera bien un, n’est-ce pas, qui pourra créer une application mobile qui permettrait de laisser son cadenas à n’importe quel endroit dans le monde, mais virtuellement…?

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.