Pierre Karl Péladeau en visite sur la 3e Avenue

Ce matin, Monlimoilou.com a eu la chance d’obtenir une petite entrevue exclusive « sur le pouce » avec nul autre que Pierre Karl Péladeau, qui était de passage à la Fournée Bio sur la 3e Avenue. Après avoir pris le temps de discuter avec le propriétaire et chaque client, souvent surpris, nous avons réussi à lui poser quelques questions.

Monsieur Péladeau, quels sont les motifs de votre présence sur la 3e Avenue aujourd’hui, et connaissez vous le quartier Limoilou?

C’est suite à l’invitation du candidat local, Pierre Châteauvert, que j’ai accepté avec plaisir de venir discuter aux entrepreneurs locaux sur la 3 Avenue. Oui, bien sûr, je connais Limoilou mais pas autant que Pierre qui lui, est né ici, mais nous sommes souvent venus au Colisée par le passé. »

L’amphithéâtre est présentement en construction. Est-ce que vous croyez que sa présence sera favorable à une artère comme la 3e Avenue?

Oui, cela aura un effet positif. Les retombées de l’édifice, qui se veut un lieu événementiel d’envergure, dépassera l’emplacement géographique même de l’amphithéâtre et la 3e Avenue est un endroit qui pourra en tirer profit. »

Au moment même de conclure sur cette question, M. Péladeau, s’achetant quelques chocolats pour la route, se fait interrompre par le ton espiègle de la caissière : « Il y a une erreur, la carte ne passe pas! Mais qu’est-ce qui se passe M. Péladeau?! »Du tac au tac, il lui répond : « C’est Julie qui dépense l’argent pendant que je suis en campagne! »Évidemment, ce n’était qu’une petite erreur système, et nous pouvons poursuivre.

En tant qu’homme de médias, pensez-vous que les médias hyper-locaux comme Monlimoilou, Monsaintroch et Monsaintsauveur ont leur place?

Après une longue et intéressante explication de son expérience de la révolution numérique avec Québécor, Pierre Karl Péladeau nous assure que la presse écrite n’est pas prête de mourir, et qu’il  trouve merveilleux de voir comment il est devenu démocratique de pouvoir partager l’information.

Plus besoin de presses et camions coûteux, seulement quelques serveurs. Je crois que votre entreprise en est un parfait exemple. »

Pour terminer, dans l’éventualité où vous devriez venir vivre un jour à Québec, dans quel quartier aimeriez-vous habiter?

Monsieur Péladeau, décidément amusé par la question, répond en riant :

Ce n’est pas moi qui décide ces choses là, mais j’adore faire du ski de fond sur les plaines d’Abraham. »

Par la suite, Monsieur Péladeau a continué son chemin sur la 3e Avenue à la rencontre du propriétaire du Croc Mignon et a conclu sa visite du quartier avec une rencontre avec quelques représentants de la SDC 3e Avenue au Café Sobab.À sa sortie du café, quelques personnes de le FRAPRU attendaient M. Péladeau pour demander plus de logements sociaux et exprimer leur mécontentement face à la hausse des tarifs d’Hydro-Québec.