Un pub limoulois sur la 3e?

Comme je vous l'écrivais la semaine passée, nos cinéastes limoulois Les frères Seaborn ont fait l'acquisition de l'édifice qui abritait le feu Guilliss Grill sur la 3e Avenue fin 2013, et s’affairent à réaménager les lieux depuis plusieurs semaines.

Et alors, ce rez-de-chaussée... Un studio? Un cinéma?

Guilliss Grill

Une espèce d’œuvre d’art, on veut créer un lieu spécial, «fucked-up» un peu. Ce lieu va être capoté, les gens vont se prendre en photo. On a pensé à des projets, comme faire un parking à poussette en arrière. On veut que ce soit tellement spécial, que le monde de la haute-ville descendra à Limoilou.»

Jonathan et Jean-Laurence Seaborn planchent donc sur un bistro avec des spectacles acoustiques, un lieu tout à fait éclaté où les parents pourront venir se détendre avec la petite famille. « Quand je pense à notre projet, je pense à une femme en robe de mariée coiffée d’un mohawk, ou à un bébé à barbe!» me lance Jean-Laurence. Les frères me confient aussi vouloir décorer l'endroit à l’aide d’objets ou d’œuvres d’artisans locaux pour en faire un lieu chargé d’éclectisme.Je demande s’ils projettent une porte qui communiquera avec Le Bal mais l’offre, bien qu’originale, est déclinée.  Je leur demande aussi si comme cinéastes, l’idée d'offrir une salle de cinéma leur est passée par la tête?

Les films coûtent trop cher à cause des distributeurs, c’est pas abordable, mais c’est sûr qu’on y a pensé!  Par contre, on va sûrement faire des soirées projection dans la salle en arrière».

On veut servir des repas sains, pas frits, de la bouffe pas chère concoctée dans un coin cuisine. Mariana Alfaro, une chef qui a étudié à l’école hôtelière de Québec à qui les frères vont confier la cuisine, aime travailler avec les produits exotiques et avoue avoir un gros faible pour le thé de Camellia Sinensis, qu’elle souhaite intégrer au menu. « Je ne crois pas en la cuisine élitiste et je veux travailler les produits locaux. Ma spécialité est la cuisine simple, savoureuse et accessible». L’équipe est déjà au travail et prépare un menu original. On parle aussi de bières de microbrasserie mais le choix n’est pas arrêté. « En fait, on veut créer le premier bistro de style limoulois. On espère que les gens vont s’approprier ce lieu de contrastes».Dans un coin qui bouge beaucoup, il est possible de croire qu’un tel lieu puisse fonctionner. Cependant, avec la multiplication de l’offre en restauration, il est légitime de se demander si ce pan du projet obtiendra du succès? Je me suis toujours dit qu’entre Le Bal, le Pub Limoilou et La Souche, il manquait un bar différent à Limoilou. Ce projet va au-delà de mes espérances.  Il y a aussi le côté «petit café pour parents» qui me chicote. Est-ce qu’ils seront au rendez-vous? Est-ce que ce pub limoulois s’exportera dans le monde comme les pubs irlandais?Les frères Seaborn n’ont pas froid aux yeux et des idées plein la tête. C’est un bonheur que de véritables artisans reprennent ce lieu culte en main. Voilà une offre culturelle à l’image d’un quartier qui cherche un lieu pour assouvir sa soif débordante d’expression artistique. Ce projet est carrément un nouvel élan et deviendra, on a toutes les raisons de le croire, un lieu de rendez-vous important.  On y entend déjà, à travers les coups de marteaux, les fantômes de Limoilou murmurer de la poésie.

Publicité