« 150 ans de transport collectif à Québec » : retour sur la conférence de la Société historique de Limoilou

Tramway Limoilou BAnQ
Le tramway sur la 1re Avenue, vers 1920.
Collaboration spéciale : Joanne Bouchard

Puisque l’avenir du transport en commun est un sujet qui revient régulièrement à l’ordre du jour, il est bon à l’occasion de retourner dans le passé pour voir comment les choses ont évolué. Le 31 mars dernier, Jean Breton, président et fondateur de la Société d’histoire d’autobus du Québec, a raconté à un auditoire conquis une passionnante histoire de tramways et d’autobus.

Couverture livreConviées par la Société historique de Limoilou, les quelque 50 personnes présentes ont pu découvrir l’évolution d’une industrie qui a vu le jour en 1863 par la création de la Quebec Street Railway Company. Le premier tramway de l’époque était tiré par deux chevaux et circulait sur des « lisses ». Seule la Basse-Ville était desservie entre le marché Champlain et ce qui est aujourd’hui le boulevard Langelier. En hiver, trois chevaux tiraient un wagon monté sur des skis. Les habitants appréciaient grandement, semble-t-il, ce nouveau mode de transport accessible pour la modique somme de 5 cents, mais pas les charretiers (les taxis de l’époque !) qui n’ont pas tardé à se plaindre de concurrence déloyale…Après plusieurs années de travaux, les premiers wagons électriques font leur apparition en 1897. Au début, quatre circuits identifiés par des formes géométriques sont offerts : Losange pour la Basse-Ville; Carré pour le parc Victoria; Cercle pour la Grande-Allée et Croix pour la rue Saint-Jean. Des panneaux indiquant « CARS STOP HERE/LES CHARS ARRÊTENT ICI » marquent l’emplacement des arrêts. En 1908, on assiste à la syndicalisation des chauffeurs de tramways, en 1909, à l’annexion de Limoilou à la ville de Québec, et en 1910, à la mise en service du char observatoire, sans toit, pour les touristes et les amoureux de la ville.Mais Limoilou n’a toujours pas de tramway ! Cela viendra en 1913 sur la 3e Avenue pour commencer. Puis peu à peu, il sera possible de faire le tour du quartier. En 1916, le système de tramways transporte 16 millions de passagers. En 1924, la flotte compte 86 véhicules. Dans les années 1930, la fin du transport par tramway commence à se profiler avec l’arrivée des automobiles. À la fin de cette décennie, la Ville commence à enlever les rails, les premiers autobus font leur apparition, les premiers feux de circulation sont installés et les policiers mettront trois jours à faire comprendre aux citoyens comment ceux-ci fonctionnent !

La fin des tramways

Le 27 mai 1948 marque la fin des tramways, qui sont définitivement remplacés par les autobus. Mais les usagers ne seront pas au bout de leurs peines, car l’organisation et l’implantation d’un système d’autobus efficace se fera difficilement, dans un contexte où l’automobile se démocratise de plus en plus. En 1958, la Quebec Railway Company deviendra la Québec Autobus Ltée. En 2002, notre Réseau de transport de la Capitale (RTC) sera créé après avoir succédé à la CTCUQ et à la STCUQ.Cinquante ans de transport par tramway à Québec et pas un seul véhicule n’a été rescapé ! Selon M. Breton, les musées des transports du Canada et des États-Unis ont tous tenté d’obtenir un tramway ayant sillonné la ville, mais sans succès. Québec serait ainsi le seul endroit en Amérique du Nord à ne pas avoir préservé ne serait-ce qu’un élément de ce patrimoine !

* * *

Pour en savoir plus, on peut se procurer le livre de M. Breton Histoire de l’autobus par l’image 1. Les trajets touristiques aux Éditions GID. Pour découvrir l’histoire, au jour le jour, de 1865 à 1971 : www.histoireautobusquebec.com, cliquer sur le dossier « Quebec Railway ».[ En complément : Ces autobus qui ont sillonné Limoilou autrefois et Quand le tramway circulait dans Limoilou… ]