Dans les bras de Madame Charlotte

proprioweb
Sarah Magnan et Jean-Thomas Grantham, propriétaires de Chez Madame Charlotte
Ce restaurant de la 1re Avenue en intrigue plus d’un. Après une journée carnavalesque froide, il est bon de se retrouver dans les bras de Madame Charlotte. Ce serait le chalet de ski idéal, on devrait ouvrir une franchise au milieu de chaque piste familiale. Quelqu’un ?Le client se sent chez lui ici. Deux d’entre eux ont voulu nous céder leur place sur le bord de la fenêtre. Après les avoir remerciés, nous avons plutôt pris place en plein centre afin de pouvoir humer l’esprit du restaurant et l’effluve des cuisines. Peu importe où on s’assoit, l’œil est attiré par des curiosités.  Mon accompagnatrice me fait remarquer qu’il y a des différences à chaque table, que ce soit les couverts, les chaises ou les salières.tipoilwebUn habitué vient manger régulièrement à côté de l’hôtel à ti-poil, hommage aménagé par Madame Charlotte. D’autres éléments de décor  se démarquent comme l’immense chandelier. Est-ce que Madame Charlotte s’était mise « chum » avec l’antiquaire au coin de la 5Rue ? On peut extrapoler longtemps sur les amitiés entre les clients et l’ancienne propriétaire. Le restaurant compte beaucoup de fidèles et deux nouveaux propriétaires – forts sympathiques – qui prennent le temps de poser des questions et de faire connaissance.Le menu est simple et comprend des classiques : la fameuse lasagne, le pâté chinois et le ragoût de boulettes. Des mets qu’on retrouve chez nos grands-parents plus souvent qu’au restaurant. Pourquoi se casser la tête ? C’est de la bonne bouffe d’hiver, de la haute cuisine québécoise réconfortante. Non seulement j’approuve ce genre de menu, mais je commande le ragoût de boulettes ! Ma collègue d’un soir choisit la lasagne, un incontournable. Il faut noter qu’on ne peut pas encore apporter son vin pour l’instant, mais Sarah et Jean-Thomas travaillent pour obtenir leur permis d’alcool cet été.Pour commencer, on nous apporte la crème de légumes. Ce soir, c’est le potage vert à base d’épinards, de brocolis et de poireaux. On achète les légumes bios chez Alimentex, le magasin de produits naturels en face. Madame Charlotte est avant-gardiste en s’adonnant à la récupération de matière organique. Les ingrédients sont frais et le bio améliore drôlement la saveur du potage. Ça m’a donné le goût de prendre un lot de jardin communautaire.ragoutwebLe ragoût de boulettes est l’égal de celui de ma mère – qui est délicieux – sauf que chez nous, il est servi  avec des patates pilées. Une bonne sauce brune, l’hiver, c’est tellement bon. Une jolie tasse en forme de cœur propose des betteraves que j’ai trouvées bonnes et fraîches. Je n’aime pas les betteraves habituellement, mais celles-ci m’ont presque réconcilié avec ce légume. La salade bio est bien faite, rafraîchissante, avec des petits pois, des radis et de la roquette.Ma collègue a donné la note de quatre étoiles à la lasagne servie dans de très élégants petits plats. Il faut la laisser refroidir un peu.  Personnellement, j’ai trouvé la sauce un peu amère. J’ai peut-être été malchanceux dans ma bouchée ?lasagnewebComme dessert,  la championne du concours de tartes organisé par la Folle Fourchette : la fameuse tarte au citron de Madame Charlotte, pas trop haute, pas trop lourde, et munie d’une croûte mince et délicieuse.L’histoire de ce restaurant est si unique. J’aurais aimé parler davantage des habitués, mais le mieux est de vous rendre sur place rencontrer les propriétaires chaleureux et le décor original. Vous pouvez réserver la salle pour un groupe. Des repas cinq services sont offerts pour seulement 40$ par personne. Les gens doivent se procurer leur permis d’alcool. Une belle place pour faire la fête ! 

Chez Madame Charlotte 1209, 1re Avenue 418 522-5302